Changement climatique : quel véritable impact économique et quels risques financiers ?

Le changement climatique est déjà une réalité. Des cyclones toujours plus féroces et des sécheresses prolongées conduisent à la destruction des infrastructures et à la perturbation des moyens de subsistance et contribuent à la migration de masse. Les actions pour lutter contre la hausse des températures, même si elles ont pu l’être jusqu’à présent, ont le potentiel de provoquer des bouleversements dans le monde des affaires alors que les géants des combustibles fossiles se rendent compte du besoin de sources d’énergie renouvelables et que les constructeurs automobiles accélèrent les investissements dans des véhicules plus propres.

Mais mesurer les coûts économiques du changement climatique reste un travail en cours. Nous pouvons évaluer les coûts immédiats de l’évolution des conditions météorologiques et des catastrophes naturelles plus fréquentes et plus intenses, mais la plupart des coûts potentiels se situent au-delà de l’horizon de l’analyse économique typique. L’impact économique du changement climatique va probablement s’accélérer, mais pas en douceur. Surtout pour les générations à venir, l’étendue des dégâts dépendra des choix politiques que nous faisons aujourd’hui.

Les décideurs politiques et les investisseurs reconnaissent de plus en plus les implications importantes du changement climatique pour le secteur financier. 

Le changement climatique affecte le système financier par deux canaux principaux :

Le premier implique des risques physiques, résultant de dommages aux biens, aux infrastructures et aux terres. 
Le deuxième, le risque de transition, résulte des changements dans la politique climatique, la technologie et le sentiment des consommateurs et des marchés lors de l’adaptation à une économie à faibles émissions de carbone. Les expositions peuvent varier considérablement d’un pays à l’autre. Les économies à revenu faible et intermédiaire sont généralement plus vulnérables aux risques physiques.

Pour les institutions financières, les risques physiques peuvent se matérialiser directement, par leur exposition aux entreprises, aux ménages et aux pays qui subissent des chocs climatiques, ou indirectement, par les effets du changement climatique sur l’économie en général et les effets de rétroaction au sein du système financier. Les expositions se manifestent par un risque de défaut accru des portefeuilles de prêts ou par des valeurs d’actifs plus faibles. Par exemple, l’élévation du niveau de la mer et une incidence plus élevée d’événements météorologiques extrêmes peuvent causer des pertes aux propriétaires et diminuer la valeur des propriétés, ce qui augmente les risques dans les portefeuilles hypothécaires. 

Les portefeuilles de crédit aux entreprises sont également menacés, comme l’a souligné la faillite du plus grand service public de Californie, Pacific Gas and Electric. Des conditions financières plus strictes pourraient suivre si les banques réduisaient leurs prêts, en particulier lorsque les chocs climatiques affectent simultanément de nombreuses institutions.

Pour les assureurs et réassureurs, les risques physiques sont importants du côté de l’actif, mais les risques découlent également du côté du passif, car les polices d’assurance génèrent des sinistres avec une fréquence et une gravité plus élevées que prévu initialement. Il est prouvé que les pertes dues aux catastrophes naturelles sont déjà en augmentation. En conséquence, l’assurance est susceptible de devenir plus chère, voire indisponible dans les régions à risque du monde. 

Le changement climatique peut rendre les banques, les assureurs et les réassureurs moins diversifiés, car il peut augmenter la probabilité ou l’impact d’événements précédemment considérés comme non corrélés, tels que les sécheresses et les inondations.

Les risques de transition se matérialisent du côté des actifs des institutions financières, ce qui pourrait entraîner des pertes sur l’exposition aux entreprises dont les modèles commerciaux ne reposent pas sur l’économie de faibles émissions de carbone. Les sociétés de combustibles fossiles pourraient voir leurs revenus baisser, et les coûts de financement augmenter en raison des mesures politiques, des changements technologiques et des demandes des consommateurs et des investisseurs de s’aligner sur les politiques de lutte contre le changement climatique.

Les producteurs de charbon, par exemple, sont déjà aux prises avec des politiques nouvelles ou attendues de réduction des émissions de carbone, et un certain nombre de grandes banques se sont engagées à ne pas financer les nouvelles centrales au charbon. Les cours des actions des sociétés charbonnières américaines reflètent cette «décote carbone» ainsi que des coûts de financement plus élevés et ont sous-performé par rapport à ceux des sociétés détenant des actifs d’énergie propre.

Les risques peuvent également se matérialiser dans l’ensemble de l’économie, en particulier si le passage à une économie sobre en carbone se révèle brutal (en raison d’une inaction préalable), mal conçu ou difficile à coordonner au niveau mondial (avec des perturbations conséquentes du commerce international). 

Des problèmes de stabilité financière surviennent lorsque les prix des actifs s’ajustent rapidement pour refléter des réalisations inattendues de transition ou des risques physiques. Il existe des preuves que les marchés évaluent en partie les risques liés au changement climatique, mais les prix des actifs peuvent ne pas refléter pleinement l’étendue des dommages potentiels et les mesures politiques nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 2 ° C ou moins.

Les banques centrales et les régulateurs financiers reconnaissent de plus en plus les implications du changement climatique sur la stabilité financière. Par exemple, le Réseau des banques centrales et des autorités de surveillance pour l’écologisation du système financier (NGFS), un groupe en expansion qui comprend actuellement 42 membres, s’est lancé dans la tâche d’intégrer les risques liés au climat dans la supervision et le suivi de la stabilité financière.

Compte tenu des variations importantes des prix des actifs et des pertes catastrophiques liées aux conditions météorologiques que le changement climatique peut entraîner, les politiques prudentielles devraient s’adapter pour reconnaître le risque climatique systémique – par exemple, en exigeant des institutions financières qu’elles intègrent des scénarios de risque climatique dans leurs tests de résistance. Au Royaume-Uni, les régulateurs prudentiels ont intégré des scénarios de changement climatique dans les tests de résistance des compagnies d’assurance qui couvrent les risques physiques et de transition.

Les efforts visant à intégrer les risques liés au climat dans les cadres réglementaires sont toutefois confrontés à des défis importants. Pour bien saisir les risques climatiques, il faut les évaluer sur de longs horizons et utiliser de nouvelles approches méthodologiques, afin que les cadres prudentiels reflètent correctement les risques réels. Il est essentiel de veiller à ce que les efforts visant à introduire le risque climatique renforcent, plutôt qu’affaiblissent, la réglementation prudentielle. 

Des politiques telles que permettre aux institutions financières de détenir moins de capitaux contre la dette simplement parce que la dette est étiquetée comme verte pourraient facilement se retourner contre elle – par un effet de levier accru et une instabilité financière – si les risques sous-jacents de cette dette n’ont pas été correctement compris et mesurés.

Le changement climatique affectera également la politique monétaire en ralentissant la croissance de la productivité (par exemple, en endommageant les infrastructures) et en accentuant l’incertitude et la volatilité de l’inflation. Cela peut justifier l’adaptation de la politique monétaire aux nouveaux défis, dans les limites des mandats des banques centrales.

Les banques centrales devraient réviser les cadres de leurs opérations de refinancement afin d’intégrer l’analyse des risques climatiques, en appliquant éventuellement des décotes plus importantes aux actifs matériellement exposés à des risques physiques ou de transition.

Les banques centrales peuvent également donner l’exemple en intégrant des considérations de durabilité dans les décisions d’investissement des portefeuilles sous leur gestion (c’est-à-dire leurs fonds propres, les fonds de pension et, dans la mesure du possible, les réserves internationales)

Contribution du secteur financier

La tarification du carbone et d’autres politiques fiscales ont un rôle primordial dans la réduction des émissions et la mobilisation des revenus, mais le secteur financier a un rôle complémentaire important. Les institutions financières et les marchés offrent déjà une protection financière par le biais d’assurance et d’autres mécanismes de partage des risques, tels que les obligations en cas de catastrophe, pour absorber en partie le coût des catastrophes.

Mais le système financier peut jouer un rôle encore plus fondamental, en mobilisant les ressources nécessaires aux investissements dans l’atténuation des effets du changement de climat (réduction des émissions de gaz à effet de serre) et l’adaptation (renforcement de la résilience au changement climatique) en réponse aux variation des prix, tels que les prix du carbone.

En d’autres termes, si les décideurs politiques mettent en œuvre des politiques de tarification des externalités et incitent à la transition vers une économie à faible émission de carbone, le système financier peut aider à atteindre ces objectifs de manière efficace.

Les investissements mondiaux nécessaires pour lutter contre le changement climatique sont estimés à des milliers de milliards de dollars américains, les investissements dans les infrastructures nécessitant à eux seuls environ 6000 milliards de dollars par an jusqu’en 2030 (OCDE 2017). La plupart de ces investissements sont susceptibles d’être intermédiés par le biais du système financier. De ce point de vue,

La croissance de la finance durable (l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissement) dans toutes les classes d’actifs montre l’importance croissante que les investisseurs attribuent au changement climatique, entre autres considérations non financières. 

Les estimations de la taille des actifs mondiaux de la finance durable varient de 3 000 milliards à 31 000 milliards de dollars. Alors que l’investissement durable a commencé dans les actions, la forte demande des investisseurs et le soutien des politiques ont stimulé l’émission d’obligations vertes, faisant passer le stock à environ 590 milliards de dollars en août 2019, contre 78 milliards en 2015. Les banques commencent également à ajuster leurs politiques de prêt, par exemple, accorder des rabais sur les prêts pour des projets durables.

La finance durable peut contribuer à l’atténuation du changement climatique en incitant les entreprises à adopter des technologies moins intensives en carbone et en finançant spécifiquement le développement de nouvelles technologies. Les canaux par lesquels les investisseurs peuvent atteindre cet objectif incluent l’engagement avec la direction de l’entreprise, la promotion de stratégies à faible émission de carbone et les prêts aux entreprises qui mènent en matière de durabilité. Toutes ces actions envoient des signaux de prix, directement et indirectement, dans l’allocation du capital.

Cependant, mesurer l’impact des investissements durables sur leurs objectifs environnementaux reste difficile. Des préoccupations non fondées sur la nature non conforme des actifs, connues sous le nom de «greenwashing». Il existe un risque que les investisseurs hésitent à investir à l’échelle nécessaire pour contrer ou atténuer le changement climatique, en particulier si des mesures politiques sont prises pour lutter contre le changement climatique sont en retard ou insuffisantes.

Changement climatique : quel véritable impact économique et quels risques financiers ?

Le rôle du Fonds Monétaire International

L’analyse des risques et des vulnérabilités – et le conseil à ses membres sur les politiques macro-financières – sont au cœur du mandat du FMI. L’intégration des risques liés au changement climatique dans ces activités est essentielle étant donné l’ampleur et la nature mondiale des risques que le changement climatique fait peser sur le monde.

Un domaine où le FMI peut apporter une contribution particulière est la compréhension de la transmission macro-financière des risques climatiques. Un aspect de cela est l’amélioration des tests de résistance, tels que ceux du Programme d’évaluation du secteur financier, l’analyse complète et approfondie par le FMI des secteurs financiers des pays membres.

Les tests de résistance sont un élément clé du programme, ces tests de résistance capturant souvent les risques physiques liés aux catastrophes, tels que les pertes d’assurance et les prêts non performants associés aux catastrophes naturelles.  Le FMI procède également à une analyse de l’exposition du système financier au risque de transition dans un pays producteur de pétrole.

Le FMI développe un cadre analytique pour évaluer les risques liés au climat.

Il est également crucial de combler les lacunes dans les données. Ce n’est qu’avec une communication précise et correctement normalisée des risques climatiques dans les états financiers que les investisseurs peuvent discerner l’exposition réelle des entreprises aux risques financiers liés au climat. Il y a des efforts prometteurs pour soutenir la divulgation par le secteur privé de ces risques. 

Mais ces informations sont souvent volontaires et inégales selon les pays et les classes d’actifs. Des tests de résistance climatiques complets par les banques centrales et les autorités de surveillance exigeraient des données bien meilleures. Le FMI soutient les efforts des secteurs public et privé pour diffuser plus largement l’adoption des informations climatiques sur les marchés et les juridictions, en particulier en suivant les recommandations du Groupe de travail sur les informations financières liées au climat (2017).

L’impact potentiel du changement climatique nous oblige à réfléchir de manière empirique aux coûts économiques du changement climatique

Chaque ouragan destructeur et chaque paysage anormalement desséché réduiront la production mondiale, tout comme la voie vers une économie sobre en carbone fera grimper le coût des sources d’énergie, car les externalités ne seront plus ignorées et les anciens actifs perdront toute valeur. 

D’autre part, les taxes sur le carbone et les mesures d’économie d’énergie qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre stimuleront la création de nouvelles technologies. La finance devra jouer un rôle important dans la gestion de cette transition, au bénéfice des générations futures.

Auteurs : PIERPAOLO GRIPPA est économiste principal et FELIX SUNTHEIM est un expert du secteur financier au Département des marchés monétaires et de capitaux du FMI. JOCHEN SCHMITTMANN est le représentant résident du FMI à Singapour.

Source : Climate Change and Financial Risk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *