Comment les multinationales repensent leur stratégie pour l’Afrique

Lors d’une récente visite sur le continent, le PDG du Groupe APO, Lionel Reina, a parlé à Bizcommunity.com des dernières tendances dans la façon dont les multinationales repensent actuellement leurs stratégies de communication en Afrique.

Le Groupe APO est devenu l’une des voix les plus importantes de toute l’Afrique et la plus grande plate-forme de médias d’entreprise en Afrique, avec 300 sociétés multinationales distribuant des informations sur la société via la salle de presse d’APO à 450 000 journalistes dans 54 pays. Le fil d’actualités APO est également en direct sur 250 sites Web d’actualités clés en Afrique et à l’étranger.

Nous avons une voix parce que nous distribuons sur tout le continent et de plus en plus de sociétés nous font confiance pour faire toutes leurs communications sur le continent. Nous sommes dans une position unique pour comprendre ce qui se passe sur le continent et comment nous pouvons influencer l’investissement.

«Nous espérons qu’en faisant connaître les nouvelles liées à l’investissement africain au reste du monde, nous inspirerons d’autres investissements. L’une des raisons pour lesquelles j’ai rejoint APO en tant que PDG est que je veux dire au monde que beaucoup de bonnes choses se produisent en Afrique et que vous devez investir – l’investissement crée des emplois, crée de nouvelles infrastructures, crée de la croissance. La vision que nous avons n’est pas seulement d’aider les entreprises à communiquer l’Afrique à l’Afrique, mais nous encourageons également l’investissement en Afrique », a souligné Reina.

La tendance actuelle est à la hausse de l’intérêt pour les investissements en Afrique dans le monde. «De plus en plus, nous discutons avec des investisseurs en capital-risque et du capital-investissement et beaucoup d’entre eux investissent dans des sociétés intermédiaires. J’ai une voix de chef d’entreprise et les PDG écoutent », a déclaré Reina, qui était auparavant ancienne vice-présidente et directeur général d’Orange pour l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe de l’Est, et a travaillé chez Accenture.

«Je crois fermement qu’en faisant cela, nous ferons rêver la jeune génération et, espérons-le, nous pourrons contribuer directement aux investisseurs qui arrivent et créer cet espoir pour la jeune génération. Si nous pouvons contribuer à inspirer la jeune génération africaine, c’est une grande partie de notre voyage. Le problème est partout: comment faire rêver la jeune génération? Croyez en un avenir?

Reina dit que la tendance clé pour l’Afrique est devenir un marché panafricain.

«Il y a 400 entreprises africaines locales en Afrique qui génèrent chacune plus de 1 milliard de rands de revenus. Je veux dire que les grandes sociétés africaines, les grandes entreprises, considèrent l’Afrique comme une seule et ils ont tendance à investir comme une seule.

«Une autre tendance est de simplifier la chaîne d’approvisionnement. La gestion d’une entreprise mondiale ou multinationale est complexe. La tendance est de simplifier la chaîne d’approvisionnement et de limiter le nombre de fournisseurs. »

PDG du groupe APO, Lionel Reina.

Tendance de nouveaux acteurs du marché

L’AfCFTA est acteur du marché pour le continent africain car les barrières tomberont, dit Reina.

Le commerce intérieur de l’Afrique se situe actuellement à 18%, 80% du commerce des pays africains se faisant en dehors de l’Afrique. À titre de comparaison, au sein de l’UE, le commerce intracommunautaire est de 65%, ce qui apporte stabilité et croissance. «Si l’Afrique passe à 40-50% intra-commerce, cela créera de la stabilité et créera de la croissance.

«En tant que continent, étape par étape au cours de la prochaine décennie, nous serons sur la bonne voie. Les entreprises internationales verront le continent différemment. Beaucoup de problèmes africains seront résolus à cause de cela. »

Reina a déclaré qu’il y a de nombreuses raisons d’être optimiste pour le développement du continent:

  • La population très jeune, 60% de moins de 30 ans.
  • Aujourd’hui, 40% de la population africaine est connectée à Internet, et dans deux à trois ans, ce sera 60%.
  • L’Afrique passe rapidement à l’adoption de nouvelles technologies: 126 millions de personnes utilisent les services bancaires mobiles. La banque mobile a été inventée en Afrique!
  • La technologie change la société, le mode de vie, aide la population à être mieux qualifiée, fait tomber les barrières. Parce que la technologie est transparente, Internet va partout.

«L’opportunité pour le continent est de savoir comment utiliser la technologie et la mettre au service de la population pour l’avenir. Beaucoup de gens parlent du manque d’inaction et de technologie, mais les investissements augmentent plus rapidement – l’écart est toujours là, mais les gens font encore beaucoup de choses.

«On peut rêver que dans 15 à 20 ans, toute l’Afrique sera connectée aux informations dont elle a besoin. Nous changeons le récit de l’Afrique. Nous pensons qu’il se passe beaucoup de bonnes choses en Afrique et que les gens ne les connaissent pas », a conclu Reina.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *