Quels sont les véritables enjeux de l’accord sino-américain ?

Les États-Unis et la Chine seraient parvenus à un accord de «phase un» marquant le début de la fin de leur longue et amère guerre commerciale. A part l’arrêt de l’escalade continue, il n’y a pas grand-chose à saluer. Car il y a toujours une ambiguïté importante sur le contenu de l’accord. Les coûts ont été considérables et d’une grande portée. Quant aux, avantages, limités et éphémères.

Quel crédit accordé veritablement à ces annonces ?

Il s’agit du cinquième cas, lors du différend commercial américano-chinois, où un accord a été prématurément déclaré. En juillet 2017, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross semblait accepter la promesse du vice-premier ministre chinois Wang Yang que la Chine réduirait rapidement la surcapacité dans son industrie sidérurgique uniquement afin de parvenir à un accord à la dernière seconde.

En mai 2018, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a conclu un «accord-cadre» avec le vice-Premier ministre Liu He uniquement pour que le président Trump annule à nouveau l’accord quelques jours plus tard. Fin avril 2019, alors que les marchés déclaraient qu’un gros accord américano-chinois était à portée de main, les Chinois ont soudainement reculé sur une grande partie de leur offre, amenant les États-Unis à augmenter les tarifs et à imposer des sanctions au géant des télécommunications Huawei. Au début d’octobre 2019, le président Trump a annoncé un accord de phase un alors qu’en fait les négociations ne faisaient que commencer.

Ce jeudi, les deux parties ont tenté d’apporter des éclaircissements supplémentaires, mais en raison des différences et des lacunes c’est à se demander si cette annonce n’est pas prématurée. Le bureau du représentant américain au commerce a publié une déclaration saluant:

un accord historique et exécutoire sur un accord commercial de phase 1 qui nécessite des réformes structurelles et d’autres changements au régime économique et commercial de la Chine dans les domaines de la propriété intellectuelle, du transfert de technologie, de l’agriculture, des services financiers, des devises et des devises. L’accord de phase 1 comprend également un engagement de la Chine à faire des achats supplémentaires substantiels de biens et services américains au cours des prochaines années. Il est important de noter que l’accord établit un solide système de règlement des différends qui garantit une mise en œuvre et une application rapides et efficaces.

Lors d’une conférence de presse organisée à la hâte vendredi soir à Pékin, les autorités chinoises ont confirmé l’existence d’un accord, mais tout en restant vagues sur leurs engagements concernant les achats, l’ouverture des marchés, les réformes structurelles ou les réductions tarifaires. Et elles ont souligné que le texte doit encore être examiné légalement et traduit en chinois. À l’inverse, il n’est pas certain que toutes les agences du gouvernement fédéral américain participant aux pourparlers aient également examiné et approuvé le texte.

En bref, nous avons au moins un accord de principe et peut-être un accord très détaillé, mais au regard des accords passés, il serait juste de qualifier cet arrangement de «fragile».

Et le gagnant est . . .

Sur la base des informations disponibles, à court terme, la Chine et Xi Jinping sont clairement les gagnants. Avec seulement des concessions limitées, la Chine a été en mesure de préserver son système économique mercantiliste et de poursuivre ses politiques industrielles discriminatoires au détriment de ses partenaires commerciaux et de l’économie mondiale. Trump pourrait inverser le cours et renouveler les tarifs, mais Pékin s’est procuré un répit probable de l’incertitude quotidienne pendant au moins quelques mois et peut-être pour le reste du mandat actuel de Trump.

Le président Trump peut à juste titre se vanter d’avoir mis la Chine et son système économique sur la défensive et d’avoir soulevé des doutes raisonnables quant à l’approche historique des États-Unis envers la Chine en matière de multilatéralisme patient. Le commerce et les investissements directs entre les États-Unis et la Chine ont ralenti, mais ces changements reflètent davantage une réorientation des flux d’échanges.

De plus, la Chine redouble d’efforts pour atteindre l’indépendance technologique, ce qu’elle appelle «l’autosuffisance». Les gros gagnants apparents de l’accord, les agriculteurs américains, n’étaient pas en danger avant la guerre commerciale, et ils auraient probablement vendu tout autant à la Chine si la guerre commerciale n’avait jamais commencé.

Quels sont les véritables enjeux de l’accord sino-américain ?

Le plus important ce sont les effets à long terme, et dans ce cas difficile de désigner un gagnant. L’entêtement de Pékin et les affirmations peu convaincantes de victimisation ont laissé la plupart du monde d’accord avec l’analyse, sinon l’approche politique, des États-Unis selon laquelle son système économique est fondamentalement injuste et doit être profondément modifié.

En outre, l’incertitude de la lutte tarifaire ainsi que le renforcement des contrôles à l’exportation, les restrictions à l’investissement et les mesures contre les entreprises chinoises individuelles ont poussé tout le monde à se démener, accélérant la diversification des chaînes d’approvisionnement mondiales loin de la Chine et accélérant probablement un effort plus large des pays occidentaux pour limiter le partage des technologies avec la République populaire.

Bien que la Chine ait fait d’énormes progrès, elle dépend toujours fortement des États-Unis et d’autres pays dans certaines technologies fondamentales, telles que les semi-conducteurs, les matériaux et les moteurs, les avions, les automobiles, les produits pharmaceutiques et certains types. d’énergie. En dépit de ses propres ressources substantielles, son vaste marché intérieur et son accès probable au monde en développement, la Chine continuera sa marche en avant dans la conquête internationale mais de façon plus difficile dans une économie mondiale divisée ou fragmentée.

De leur côté, les États-Unis semblent avoir trop corrigé leur approche vis à vis de la Chine à tel point que leur accès au marché chinois diminuera, et non augmentera, avec le temps. Mes rencontres avec des entreprises américaines au cours des deux dernières années ont révélé une anxiété croissante que les États-Unis se précipitent vers le «découplage» avec la Chine sans vraiment comprendre les coûts probables qui seront encourus.

Au-delà des affaires, il deviendra impératif de trouver des moyens de coopérer avec les Chinois sur des questions régionales et mondiales urgentes telles que le changement climatique. L’approche unilatérale des États-Unis a également effacé les relations avec leurs amis et alliés en Europe, en Asie et en Amérique latine.

De plus, le système économique mondial que les États-Unis ont nourri depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale a été gravement endommagé – d’abord rongé de l’intérieur par le mercantilisme chinois, puis battu en brèche par la libéralisation des tarifs par l’administration et le blocage du fonctionnement continu du Processus de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce.

Leçons à tirer

Bien que les administrations Trump et Xi ont le mérite d’avoir trouvé un terrain d’entente, il n’empêche que leur relation prend plutôt le chemin d’une spirale descendante. La Chine, fort de son marché intérieur, a présumé qu’elle pourrait agir en toute impunité et même les États-Unis ne les exerceraient jamais de pression sur elle. À l’inverse, Washington a agi en supposant à tort que refuser l’accès au marché américain était en soi un levier suffisant pour forcer Pékin à changer de cap. Les deux camp se sont lourdement trompés dans leurs calculs, ce qui entraîne de nombreux dommages collatéraux.

Mais au-delà des deux parties, les défenseurs du grand accord initial entre les États-Unis et la Chine et du système international dans son ensemble méritent également d’être montrés du doigt pour leur complaisance – une conviction que les avantages économiques et sécuritaires de la mondialisation sont si évidents qu’ils ne font aucun doute.

En conséquence, les relations bilatérales américaines et plus généralement au sein de l’économie mondiale se sont envenimées, les rendant très vulnérables aux attaques nationalistes.

D’autant qu’une des leçons que les pays peuvent tirer d’un accord entre Pékin et Washington, c’est que l’intimidation et l’agitation s’avèrent payantes dans des négociations.

Ceux qui veulent stabiliser les relations américano-chinoises et sauver le système multilatéral, doivent développer une vision et une stratégie bien solides pour contrer cette réalité.

Tribune écrite par Scott Kennedy est conseiller principal et président du conseil d’administration des affaires et de l’économie chinoises au Center for Strategic and International Studies

Source :
https://www.csis.org/analysis/fragile-and-costly-us-china-trade-peace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *