Tourisme fluvial, un secteur porteur à fort potentiel

Les 1 et 2 février a eu lieu à Bordeaux la 4ème édition des Rencontres Nationales du Tourisme Fluvial. Organisées par Voies navigables de France (VNF), avec le soutien de plusieurs partenaires : Comité des armateurs fluviaux, Direction générale des entreprises (DGE), Région NouvelleAquitaine, Groupe Caisse des dépôts, département de la Gironde et Bordeaux Métropole, les « Rencontres Nationales du Tourisme Fluvial » sont le rendez-vous des acteurs de l’aménagement et du développement du tourisme fluvial.

Cet événement a pour objectif de fédérer l’ensemble des acteurs de la filière afin de contribuer au développement du tourisme fluvial, un secteur en plein essor qui participe au rayonnement et à l’attractivité économique des nos territoires en France et à l’international.

Le tourisme fluvial, un fort potentiel économique

Le tourisme fluvial bénéficie en général d’un intérêt médiatique moindre que le tourisme lié au sports d’hiver, par exemple. Et, pourtant, c’est un secteur tout aussi capital pour le tourisme en France. Le tourisme fluvial génère 500 millions de retombées économiques par an pour les territoires.

Un tourisme qui s’appuie sur un patrimoine exceptionnel:avec ses 8500 km navigables la France bénéficie du plus long réseau fluvial d’Europe. Un patrimoine qui participe au développement économique du pays et qui présente un fort potentiel en termes d’activités et d’emplois dans les territoires.

Le tourisme fluvial en France, chiffres clés, c’est :

• 10 à 11,5 millions de passagers par an
• 70% de clientèle étrangère (hors bateaux-promenade), en provenance principalement des pays du Nord de l’Europe (Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, Belgique) ou de destinations anglo-saxonnes telles USA, Canada, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande. En incluant les bateaux-promenade, la clientèle est composée de 49% d’étrangers.
• au moins 500 millions d’euros de retombées économiques par an pour les territoires

Diversifier l’offre géographique

Une activité touristique qui reste, néanmoins, concentrée autour du Canal du Midi (entre Castelnaudary et Agde), des canaux de Bourgogne (en particulier canal du Nivernais) et en Alsace (Canal de la Marne au Rhin).

Un des enjeux est donc de diversifier l’offre géographique. En particulier par le développement de nombreuses destinations fluviales, toutes aussi intéressantes et riches, actuellement sous exploitées, comme le canal latéral à la Garonne, la Saône (amont de Lyon), le canal du Rhône à Sète, le canal de la Sarre, la Lys…

Rencontre Nationales du tourisme fluvial 2018

De tourisme fluvial à tourisme fluvestre

Le tourisme fluvial ne se restreint pas aux activités sur l’eau à proprement parler comme la navigation et les pratiques des sports nautiques tels le canoë-kayak, le paddle, la pêche, etc. Un tourisme au périmètre bien plus large qui inclut les activités autour de la voie d’eau : la randonnée pédestre, cyclable. On parle désormais de tourisme fluvestre.

Le tourisme fluvial qui compte plusieurs filières

Les croisières fluviales soit environ 90 péniches hôtels qui sillonnent les voies navigables en France. C’est aussi plus de 80 sites d’escale permettent l’accueil des bateaux de croisière.

Les bateaux-promenade (croisières de quelques heures, pour découvrir un territoire à partir du fleuve, principalement les grandes villes) qui totalisent plus de 9 millions de passagers chaque année, dont 40% d’étrangers (clientèle essentiellement européenne).

La location de bateaux habitables (bateau de moins de 15 m équipé de couchages, que l’on peut louer sans permis fluvial) fort de 90 bases de location qui sont implantées sur le réseau VNF.

La plaisance privée, appartenant à des particuliers et ses 14230 bateaux qui ont emprunté le réseau VNF en 2016.

Une politique ambitieuse de développement du tourisme fluvial

Afin de relancer durablement la dynamique de croissance du tourisme fluvial en France et de participer à l’objectif national d’accueillir 100 millions de touristes étrangers en France à l’horizon 2020, Voies Navigables de France propose une politique ambitieuse qui s’articule autour de trois axes majeurs:

– Se doter d’un plan de développement des escales de paquebots de croisière avec pour objectif d’accueillir 500 000 passagers à l’horizon 2014 (soit une augmentation de la flotte de 31,5% par rapport à 2016)
– Accélérer le développement du tourisme « fluvestre » et écologique dans les territoires irrigués .
– Faciliter la valorisation touristique du domaine public fluvial notamment en développant des projets d’implantation des activités de loisirs, de commerce et d’hébergement au bord des voies d’eau.

Le tourisme fluvial, un marché porteur, dans l’air du temps

Outre un patrimoine exceptionnel, un vrai savoir-faire, le tourisme fluvial représente un atout considérable pour le tourisme en France car il s’inscrit dans la nouvelle tendance du « slow tourisme » et de l’itinérance douce : à 8 km/h environ, le bateau permet de découvrir les paysages sous un nouveau point de vue et l’accès aux lieux culturels et d’animation des territoires traversés.

Un tourisme qui séduit également par l’authenticité préservée des paysagesla variété des activités en lien avec les croisières, à quai et dans les villes ou régions escales, que ce soit la pratique sportive, la découverte du patrimoine et des plaisirs plus ‘épicuriens’ comme la gastronomie ou la dégustation des vins.

Le tourisme contribue de façon significative à l’aménagement du territoire par le développement de services aux usagers, la réalisation d’infrastructures fluviales (partenariat VNF et collectivités) ou encore par la mise en place de politique de valorisation de la voie d’eau.

Le tourisme fluvial marqué de nouveaux produits touristiques

Un tourisme aussi qui fait preuve d’un indéniable dynamisme avec la création d’une offre renouvelée de poduits touristique portés par des passionnés de leur région, de ce patrimoine fluvial et qu’ils ont a cœur de préserver, de valoriser et de partager. Citons parmi ces initiatives qui contribuent au développement de ce tourisme :

• Détours en Loire crée par Giovanni MARINO qui propose en toute convivialité, à bord de sa toue cabanée, un vrai dépaysement et la découverte du patrimoine de la Loire.
• Château de Montsoreau converti en Musée d’Art Contemporain, seul Château de la Loire construit dans le lit du fleuve.
• Canalfriends, communauté en ligne de passionnés qui au-delà d’échanger, propose aussi des activités liées aux fleuves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *