Afrique : en 2020, l’économie devrait croître malgré les chocs externes

La croissance économique de l’Afrique s’est stabilisée à 3,4% en 2019 et devrait remonter à 3,9% en 2020 et 4,1% en 2021 mais rester en deçà des sommets historiques.

Les fondamentaux de la croissance s’améliorent également, avec un passage progressif de la consommation privée vers l’investissement et les exportations.

En 2019, pour la première fois en une décennie, les dépenses d’investissement, plutôt que la consommation, ont représenté plus de 50% de la croissance du PIB. Ce changement peut aider à soutenir et potentiellement accélérer la croissance future en Afrique, augmenter la base productive actuelle et future du continent, tout en améliorant la productivité de la main-d’œuvre..

Les Perspectives 2020 soulignent toutefois que la croissance n’a pas été inclusive. Environ un tiers seulement des pays africains ont réalisé une croissance inclusive, réduisant à la fois la pauvreté et les inégalités.

Le thème spécial de cette année est l’éducation et les compétences pour la main-d’œuvre africaine de demain. Malgré les progrès réalisés au cours des dernières décennies, l’Afrique reste à la traîne par rapport aux autres régions en développement en matière d’éducation et de développement des compétences.

Appel urgent pour lutter contre l’éducation en Afrique et l’inadéquation des compétences

Les actions politiques devraient comprendre des mesures visant à améliorer à la fois la quantité et la qualité de l’éducation et à aligner la politique éducative sur les besoins du marché du travail.

Cela nécessite d’élargir l’accès aux écoles dans les zones reculées, d’augmenter les incitations à investir dans l’éducation, de développer un système éducatif axé sur la demande qui réponde aux besoins des employeurs, d’investir dans la nutrition pour aider les enfants les plus pauvres et de renforcer les capacités en STIM et en TIC.

Pour lutter contre les inégalités dans l’éducation, les Perspectives appellent à un universalisme progressif dans les dépenses d’éducation – en fixant des priorités élevées pour les pauvres et les défavorisés et pour l’éducation de base, où les rendements sociaux sont les plus élevés.

Les Perspectives montrent que les dépenses publiques consacrées à l’éducation et aux infrastructures sont très complémentaires, car investir dans les deux a un gain beaucoup plus important que d’investir exclusivement dans un seul.

Afrique : en 2020, l’économie devrait croître malgré les chocs externes

L’efficacité des dépenses d’éducation est beaucoup plus faible en Afrique qu’en Asie en développement et émergente.

La bonne nouvelle, cependant, est qu’en améliorant l’efficacité des dépenses d’éducation – maintenant à 58% pour l’enseignement primaire – les pays africains pourraient presque atteindre la scolarisation primaire universelle, sans augmenter les dépenses du tout.

Les politiques clés pour améliorer l’efficacité des dépenses et la qualité de l’éducation comprennent la réalisation d’audits et d’examens des dépenses d’éducation, l’amélioration de la qualité des enseignants et l’utilisation d’un financement basé sur la performance.

Dans sa dernière partie, le rapport fournit des prévisions à court et à moyen terme sur l’évolution des principaux indicateurs macroéconomiques pour les 54 pays membres régionaux, ainsi qu’une analyse de l’état des défis socio-économiques et des progrès réalisés dans chaque pays.

Lien pour accéder au rapport complet :
https://www.afdb.org/en/knowledge/publications/african-economic-outlook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *