Afrique et Covid-19 : les priorités et les grands enjeux à venir

Le Fonds Monétaire International (FMI) vient d’actualiser sa note d’analyse sur l’Afrique subsaharienne à la lumière des derniers développements de la pandémie et des politiques publiques mises en oeuvre.

  • Les perspectives régionales se sont fortement détériorées depuis la publication du rapport sur les perspectives économiques régionales d’avril 2020. L’économie de l’Afrique subsaharienne devrait désormais se contracter de 3,2% en 2020; doubler la contraction attendue en avril.
  • Cela contribuera à l’augmentation de la pauvreté cette année.
  • Le taux de croissance des nouvelles infections à COVID a quelque peu ralenti, permettant à certains pays d’assouplir progressivement leurs mesures de confinement. Cependant, la possibilité que la pandémie se propage de manière aussi agressive qu’ailleurs demeure une menace très réelle.
  • Les gouvernements ont agi rapidement pour soutenir l’économie. Néanmoins, ces efforts ont été limités par la baisse des revenus et un espace budgétaire limité.
  • La résilience de l’Afrique est mise à l’épreuve. Le continent a traversé beaucoup et traversera également cette crise. Mais avec un soutien accru de la communauté internationale, la région sera en mesure de stimuler les efforts de confinement locaux et la capacité de soins de santé et de profiter également d’une reprise robuste dans les prochains mois.

La pandémie de COVID-19 continue de représenter une crise sanitaire et économique sans précédent, avec des coûts qui seront ressentis plus particulièrement par les segments les plus pauvres de la population mondiale, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI) dans ses dernières Perspectives économiques régionales. pour l’Afrique subsaharienne .

«Il s’agit d’une crise qui évolue rapidement», a déclaré Abebe Aemro Selassie, directeur du Département Afrique du FMI. Et les développements récents suggèrent que la récession sera beaucoup plus importante que nous l’avions prévu il y a seulement 10 semaines.

Les risques que nous avons mis en évidence en avril continuent d’être préoccupants, mais la détérioration des perspectives mondiales a été particulièrement frappante.

Conformément à ces nouvelles perspectives, et conformément aux indicateurs locaux à haute fréquence, la production en Afrique subsaharienne devrait désormais diminuer de 3,2% cette année, soit plus du double de la contraction que nous avions décrite en avril. Encore une fois, cela devrait être le pire résultat jamais enregistré.

En ce qui concerne la pandémie, le taux de croissance des nouveaux cas a légèrement ralenti depuis avril, et un certain nombre de pays ont prudemment assoupli certaines de leurs mesures de confinement. Mais dans toute la région, la pandémie est toujours dans sa phase exponentielle – l’Afrique subsaharienne a récemment dépassé plus d’un quart de million de cas confirmés, et les nouveaux cas doublent encore toutes les 2-3 semaines.

Étant donné la capacité de soins de santé déjà étendue de la région, la priorité immédiate est toujours de protéger des vies et de faire tout ce qui est nécessaire pour renforcer les systèmes de santé locaux et contenir l’épidémie.

Concernant les politiques économiques, les pays d’Afrique subsaharienne ont agi rapidement et de manière agressive pour soutenir l’économie. Les politiques monétaires et prudentielles ont été assouplies, les pays adoptant une combinaison de taux directeurs réduits, d’injections de liquidités supplémentaires, d’une plus grande flexibilité du taux de change et d’un assouplissement temporaire des normes réglementaires et prudentielles, selon les circonstances du pays.

Sur le plan budgétaire, cependant, les réponses des pays ont souvent été plus limitées. Même avant la crise, les niveaux d’endettement étaient élevés pour de nombreux pays de la région.

Dans ce contexte, et compte tenu de l’effondrement des recettes fiscales, la capacité des gouvernements à augmenter les dépenses a été limitée. À ce jour, les pays de la région ont annoncé des programmes budgétaires liés au COVID représentant en moyenne 3% du PIB.

Cet effort a été indispensable. Mais cela s’est souvent fait au détriment d’autres priorités, comme les investissements publics, et est nettement inférieur à la réaction observée dans d’autres marchés émergents ou économies avancées.

Le défi du secteur informel

De plus, les autorités en Afrique subsaharienne sont confrontées à un défi distinct pour obtenir du soutien pour ceux qui en ont le plus besoin. Environ 90% des emplois non agricoles se trouvent dans le secteur informel, où les participants ne sont généralement pas couverts par le filet de sécurité sociale.

De plus, une grande partie de cette activité est centrée sur la prestation de services, particulièrement touchés par la crise. De plus, les travailleurs informels ont généralement peu d’épargne et un accès limité au financement.

Rester à la maison n’est donc souvent pas une option; compliquant les efforts des autorités pour maintenir un confinement efficace. En réponse, de nombreuses autorités ont fait ce qu’elles pouvaient pour étendre temporairement leurs filets de sécurité; utiliser des approches locales, souvent innovantes, pour garantir que les transferts atteignent le plus grand nombre possible de leur population. Mais encore une fois, les ressources sont limitées.

En somme, de nombreuses autorités en Afrique subsaharienne sont confrontées à un ensemble particulièrement difficile de choix politiques à court terme; concernant non seulement l’ampleur du soutien qu’ils peuvent se permettre, mais aussi le rythme auquel ils peuvent rouvrir leurs économies. »

Dans ce contexte, M. Selassie a souligné un certain nombre de priorités politiques à l’avenir.

«D’abord et avant tout, la priorité immédiate reste la préservation de la santé et de la vie. Mais à mesure que la région commence à se redresser, les autorités devraient progressivement passer d’un large soutien budgétaire à des politiques ciblées plus abordables; en se concentrant en particulier sur les ménages les plus pauvres et les secteurs les plus touchés par la crise.

«En regardant encore plus loin, et une fois la crise terminée, les pays devraient recentrer leur attention sur la transformation de leurs économies, la création d’emplois et l’amélioration des niveaux de vie – en récupérant une partie du terrain perdu pendant la crise actuelle. Comme avant la crise, une partie de cet effort nécessitera de remettre les positions budgétaires sur une trajectoire compatible avec la soutenabilité de la dette; ce qui nécessitera à son tour une détermination renouvelée à mettre en œuvre des réformes de mobilisation des recettes, de gestion de la dette et de gestion des finances publiques. 

En outre, une croissance durable, riche en emplois et inclusive nécessitera des investissements du secteur privé, ainsi qu’un environnement commercial dans lequel de nouvelles idées et de nouveaux projets peuvent s’épanouir et où de nouvelles opportunités (comme la révolution numérique) peuvent être pleinement développées.

«Rien de tout cela ne sera facile, en particulier compte tenu de l’ampleur de la crise et de ses conséquences à plus long terme. La région ne peut pas relever seule ces défis, et un effort coordonné de tous les partenaires au développement sera essentiel

Afrique et Covid-19 : les priorités et les grands enjeux à venir

Le FMI a modifié le Fonds de secours et de secours en cas de catastrophe (CCRT) pour fournir un allégement immédiat du service de la dette à ses membres les plus pauvres et les plus vulnérables, et a également doublé ses facilités de prêt d’urgence. Jusqu’à présent, 29 pays de la région ont reçu environ 10 milliards de dollars de financement par le biais de ces installations ou grâce à un accès élargi dans le cadre des programmes existants. 

En avril, le G20 a également annoncé l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI), qui permet aux pays les plus pauvres du monde – la plupart d’entre eux en Afrique – de suspendre jusqu’à 14 milliards de dollars des paiements au titre du service de la dette dus entre mai et décembre de cette année.

«Néanmoins, un soutien international accru est nécessaire de toute urgence. Cette année seulement, les pays de la région devront faire face à des besoins de financement supplémentaires de plus de 110 milliards de dollars, et malgré les efforts décrits ci-dessus, 44 milliards de dollars de ce montant doivent encore être financés.

«Cette crise est sans précédent. Nos membres ont plus que jamais besoin de nous. Et nos efforts aujourd’hui auront des conséquences importantes sur la route, non seulement en aidant nos membres à compenser la tragédie immédiate de la crise, mais aussi en veillant à ce que la vie et les moyens de subsistance des peuples ne soient pas détruits pour toujours. »

Source : Afrique Subsaharienne, une réouverture prudente (article en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *