Afrique : les enjeux de la nouvelle ruée vers l’or

L’exploitation minière de l’or à petite échelle est en plein essor, et de nouvelles raffineries ouvrent par dizaines en Afrique.

Les raffineries, qui obtiennent souvent un soutien politique au haut niveau, peuvent avoir des effets positifs comme permettre aux États d’extraire de la valeur issue de leur propre richesse minérale plutôt que de simplement exporter des matières premières. Mais si cette exploitation n’est pas correctement contrôlé, il y a un risque d’aggraver les problèmes de contrebande et de financement des conflits.

La plupart des nouvelles raffineries d’or se trouve en Afrique du Sud, un grand producteur d’or avec une industrie de raffinage déjà importante. Dans ce pays, les autorités ont accordé 19 licences de raffinage au cours de l’année se terminant en mars 2019 – autant que pendant les trois années précédentes combinées.

Ailleurs en Afrique subsaharienne – où jusqu’en 2012 il y avait seulement une poignée de raffineries – jusqu’à 26 sont maintenant en activité ou en construction dans 14 pays du Mali à la Tanzanie, y compris dans les États qui extraient peu d’or, selon une enquête de Reuters issue des rapports publics trouvés. Des responsables d’au moins trois autres pays, dont Madagascar et la Côte d’Ivoire, ont déclaré publiquement qu’ils souhaitaient héberger une raffinerie.

Les gouvernements des pays producteurs d’or en Afrique se plaignent depuis longtemps que le métal précieux est produit illégalement. En cause la contrebande à grande échelle, parfois des organisations criminelles, souvent avec un coût humain et environnemental élevé.

En raffinant l’or – dans certains cas, en obligeant les producteurs et les négociants à vendre leur or aux raffineries locales – les États espèrent capter la valeur perdue. Certaines nouvelles raffineries ont investi dans des systèmes pour garantir le traitement de l’or provenant de mineurs légaux et respectueux de l’environnement.

« La seule façon d’arrêter (la contrebande) est d’avoir plusieurs raffineries en Afrique« , a déclaré Frank Mugyenyi, chef de l’unité des minéraux de l’Union africaine.

Mais parce que les mineurs informels opèrent déjà souvent par le biais de réseaux de contrebande pour éviter les taxes et les contrôles, les responsables de l’industrie affirment que certaines raffineries risquent inévitablement de rejoindre ces canaux sombres.

Avec autant de raffineries en concurrence pour le traitement de l’or, chacune est peu incitée à vérifier d’où vient son or.

Seulement 13 d’entre elles – celles pour lesquelles Reuters a pu obtenir des données – déclarent pouvoir traiter plus de 1 400 tonnes d’or par an, pour une valeur d’environ 70 milliards de dollars. Cela signifie qu’elles pourraient traiter environ le double de la production totale d’or estimée de l’Afrique et près d’un tiers de l’approvisionnement mondial.

Sur 22 raffineries interrogées par Reuters, 14 n’ont pas répondu aux demandes d’informations complémentaires sur la taille et la nature de leur activité.

Deux réponses à l’enquête ont montré une approche laxiste: un petit opérateur, Bupe Chipando, qui dirige Alinani Precious Metals Ltd au Kenya, a déclaré qu’il ne purifiait pas encore l’or, mais faisait simplement fondre des blocs de métal impur et les expédier à l’étranger. Les responsables ont déclaré qu’ils connaissaient au moins deux autres raffineurs africains qui ont fait la même chose.

Un autre, Robert Baker, PDG de Bekora Miners au Cameroun, a déclaré que la majeure partie de l’or traité par sa raffinerie n’avait pas été déclarée en douane, afin d’éviter de payer des taxes sur le métal qu’elle exporte. Le gouvernement du Cameroun n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a élaboré des normes d’approvisionnement mondiales en fonction desquelles elle recommande que les raffineries soient auditées. En dehors de l’Afrique du Sud, aucune raffinerie africaine n’a encore suivi cette recommandation, a déclaré Louis Marechal, expert de l’OCDE qui a beaucoup voyagé en Afrique, consultant les gouvernements et les entreprises sur la manière de réglementer et de s’approvisionner en or de manière responsable.

SORTIR DE L’OMBRE

Les nouvelles raffineries offrent un débouché important à des millions de personnes qui recherchent de l’or à l’aide d’une technologie de base.

Les sociétés minières industrielles transportent généralement le métal qu’elles produisent en Afrique vers de grandes raffineries accréditées par la London Bullion Market Association (LBMA), le normalisateur de l’industrie. Préoccupées par les risques d’abus de droits, de criminalité ou de conflit dans la chaîne d’approvisionnement, les raffineries accréditées par la LBMA évitent généralement le métal des mineurs informels.

Six des nouvelles raffineries africaines – au Cameroun, au Kenya, au Mali, au Rwanda et en Ouganda – ont partagé les données avec Reuters. Avec une capacité annuelle combinée d’environ 270 tonnes, elles traitent actuellement environ 41 tonnes d’or par an pour une valeur d’environ 2 milliards de dollars. À titre de comparaison, les raffineries en Suisse traitent environ 2 500 tonnes d’or par an, pour une valeur de 120 milliards de dollars aux prix courants.

Certaines personnes dans l’industrie admettent qu’il est difficile pour les nouveaux raffineurs africains d’être acceptés comme fournisseurs traditionnels. Les grandes banques, les bijoutiers et les fabricants d’électronique n’acceptent généralement que l’or des raffineries accréditées par des groupes tels que la LBMA. Les règles LBMA exigent qu’une raffinerie fonctionne pendant au moins cinq ans et traite de grandes quantités d’or avant de pouvoir être accréditée.

Afrique : les enjeux de la nouvelle ruée vers l’or

Neil Harby, directeur technique de la LBMA, a déclaré que plusieurs raffineries dans des pays dont le Ghana s’associent à LBMA, soutiennent leurs efforts pour contrôler les sources et offrir un débouché au marché mondial en raffinant l’or qu’elles produisent.

Cela contribue à améliorer les moyens de subsistance des mineurs en les retirant du marché virtuel, a-t-il déclaré. Mais cela prend du temps et coûte cher, et nécessite une réglementation stricte, comme l’exigence selon laquelle l’or est exporté via une raffinerie.

«COURSE AU FOND»

Les nouveaux raffineurs africains opèrent au sein de réseaux d’acheteurs prêts à payer un supplément pour l’or. Il s’agit notamment des contrebandiers profitant des différences fiscales entre les États africains, ou cherchant à faire sortir l’or du continent.

Les passeurs vendent généralement de l’or à l’étranger pour des devises fortes telles que des dollars, qu’ils peuvent utiliser pour acheter des marchandises, notamment des voitures, des appareils électroniques ou des devises locales, qui sont très demandées en Afrique.

En ne payant pas d’impôt et en évitant le système bancaire, ils peuvent payer l’or au-dessus du prix du marché et empocher le profit qu’ils réalisent sur la revente des marchandises.

Une raffinerie au Mali affirme qu’elle a du mal à rivaliser avec les contrebandiers. La raffinerie de Kankou Moussa est en opération depuis 2015 et prévoit d’investir plus de 400 millions d’euros (445 millions de dollars) pour créer un réseau de centres qui achètera de l’or et éduquera les mineurs sur la façon de travailler en toute sécurité.

Mais les contrebandiers et les blanchisseurs d’argent paient jusqu’à trois pour cent au-dessus du prix du marché pour l’or, a déclaré Dario Littera, son président.

« Ils perdent … sur l’or, mais ils sont payés en devises fortes qu’ils reprennent et achètent de la monnaie locale pour un profit », a-t-il déclaré.

Avec des profits élevés de la contrebande et une faible surveillance poussant de grandes quantités d’or dans l’économie informelle, les nouvelles raffineries ne sont guère incitées à respecter les règles, selon un responsable de l’OCDE.

Sans une réglementation meilleure et plus cohérente, la concurrence entre les nouvelles raffineries pourrait dégénérer en une «course vers le bas.

Reportage Reuter par Tim Cocks à Dakar; Helen Reid à Johannesburg; Marine Strauss à Bruxelles; John Zodzi à Lomé; John Ndiso à Nairobi; Alexis Akwagyiram à Lagos; Clement Uwiringiyimana à Kigali; Lovasoa Rabary à Antananarivo; Sous la direction de Sara Ledwith et Alexandra Zavis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *