Innovation numérique et services financiers en Afrique subsaharienne

Les mots «Afrique» et «innovation» ne figurent pas souvent dans la même phrase. Mais en réalité, il se passe beaucoup de choses en Afrique.

La portée des réseaux mobiles et la croissance du nombre d’abonnements ont fait de la technologie mobile le moyen privilégié par lequel le contenu et les services numériques sont créés et consommés.

Plusieurs pays d’Afrique subsaharienne ont mis en place des pôles pour les nouvelles technologies et ont généré de nouvelles opportunités d’emploi. Ces hubs permettent à l’industrie de continuer à évoluer, non seulement en taille, mais aussi par la variété des services offerts.

L’innovation dans le secteur agricole a un potentiel énorme en Afrique. Les services financiers numériques facilitent l’accès des petits exploitants agricoles aux informations météorologiques et commerciales et aident les décideurs à décider quand et quelles cultures planter et où les vendre.

L’application SMS de Tigo Kilimo, lancée en Tanzanie en 2012, fournit des informations météorologiques et agronomiques actualisées. Le programme Connected Farmer en Afrique de l’Est envoie les prix du marché actualisés aux téléphones portables des agriculteurs, leur permettant de sélectionner les meilleurs marchés et les meilleurs moments pour vendre et recevoir des paiements et des reçus numériques.

Dans les États fragiles et touchés par des conflits, la technologie financière (FinTech) a joué un rôle déterminant. En Sierra Leone, le gouvernement s’est tourné vers les portefeuilles mobiles pour aider à lutter contre l’épidémie de virus Ebola. Les Nations Unies estiment que les paiements mobiles vers les travailleurs d’urgence ont considérablement raccourci les délais de paiement et minimisé la fraude l’épidémie.

Au Libéria, les paiements mobiles versés aux travailleurs de la santé et de l’éducation travaillant dans des zones isolées périodiquement pendant la saison des pluies ont permis de maintenir des services sociaux essentiels. Les technologies financières sont également de plus en plus utilisées pour améliorer le recouvrement des impôts, contribuant ainsi à la mobilisation des recettes intérieures, un objectif clé de nombreux pays africains.

L’innovation dans les paiements a également profité au secteur de la santé. Au Rwanda, le gouvernement s’est associé à une société privée (Zipline) pour utiliser des drones guidés par des services de localisation basés sur un téléphone mobile afin de délivrer rapidement des produits médicaux vitaux aux cliniques de santé en milieu rural. Le paiement par téléphone mobile facilite le modèle économique.

Les nouvelles technologies pourraient également contribuer à remédier au déficit d’infrastructures de l’Afrique.

Au Kenya, M-Kopa Solar (Kopa signifie emprunter en kiswahili) vend des systèmes solaires domestiques avec un dépôt initial suivi de paiements quotidiens pouvant aller jusqu’à un an.

Après avoir effectué les paiements, les clients sont propriétaires du produit. M-Kopa vise à résoudre deux problèmes simultanément: accélérer l’électrification rurale, un défi de taille dans les pays africains peu peuplés, et fournir un crédit à la consommation aux ménages ruraux qui auraient eu du mal à obtenir un prêt d’une banque traditionnelle.

Les technologies de chaîne de blocs peuvent potentiellement être appliquées à de nombreux environnements autres que les monnaies virtuelles. Bitland est une nouvelle plate-forme au Ghana qui cherche à résoudre le problème de l’enregistrement des terres (90% des terres agricoles seraient sans papiers). Bitland crée un enregistrement pour chaque parcelle de terrain stocké dans une chaîne de blocs, ce qui les rend moins vulnérables à la falsification. En principe, le règlement à l’amiable des litiges fonciers devrait être plus rapide et plus facile grâce à la technologie de la blockchain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *