Investir en Afrique : état des lieux des dynamiques et perspectives

Depuis 2000, au moins la moitié des économies les plus dynamiques du monde se trouvent en Afrique. Et d’ici 2030, l’Afrique comptera 1,7 milliard de personnes, dont les dépenses combinées des consommateurs et des entreprises totaliseront 6,7 billions de dollars.

L’Occident perd du terrain par rapport à la Chine

Il y a sept ans, la Harvard Business Review a souligné que l’Afrique abrite également de nombreuses opportunités parmi les plus importantes du monde. Et pourtant, malgré son énorme potentiel commercial, l’Afrique ne s’est pas hissée au sommet des agendas des chefs d’entreprise occidentaux.

En effet, entre 2014 et 2016, les exportations américaines vers l’Afrique ont diminué de près de moitié, passant de 38 milliards à 22 milliards de dollars. Et tandis que les investissements du Royaume-Uni sur le continent ont plus que doublé entre 2005 et 2014, atteignant 42,5 milliards de livres sterling (57,6 milliards de dollars), seulement 2,5% de ses exportations totales sont destinées à l’Afrique.

Les pays occidentaux perdent rapidement du terrain face à la Chine, qui a multiplié par sept ses exportations vers l’Afrique (de 103 milliards de dollars) entre 2005 et 2015. Si les entreprises occidentales espèrent se maintenir, elles devront exploiter le potentiel de croissance des pays africains.

Une croissance démographique dynamique, source d’investissements

En 2030, plus de la moitié de la population africaine résidera dans sept pays: le Nigeria, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, l’Égypte, la Tanzanie, le Kenya et l’Afrique du Sud. Mais, plus important encore, 43% des Africains appartiendront aux classes moyennes ou supérieures, contre 39,6% en 2013, ce qui implique une demande considérablement plus élevée de biens et de services. D’ici 2030, la consommation des ménages devrait atteindre 2,5 billions de dollars, contre 1,1 billion de dollars en 2015.

Près de la moitié de ces 2,5 billions de dollars seront dépensés dans trois pays: le Nigéria (20%), l’Égypte (17%) et l’Afrique du Sud (11%). Mais il y aura aussi des opportunités lucratives en Algérie, en Angola, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Maroc, au Soudan et en Tunisie. Tous ces pays devenant de facto de très bonnes opportunités pour les entreprises cherchant à pénétrer de nouveaux marchés.

Afrique investir, état des lieux perspectives

Les secteurs les plus prometteurs

D’ici 2030, les secteurs qui généreront le plus de valeur en Afrique seront les aliments et les boissons (740 milliards de dollars), l’éducation et les transports (397 milliards de dollars) et le logement (390 milliards de dollars). Mais il y aura aussi une forte croissance des biens de consommation (370 milliards de dollars), de l’hôtellerie et des loisirs (260 milliards), des soins de santé (175 milliards), des services financiers (85 milliards) et des télécommunications (65 milliards).

Bien sûr, une grande partie de cette croissance dépendra de la bonne mise en œuvre par l’Union africaine de sa nouvelle zone de libre-échange continentale, qui créera un marché unique pour les biens et services, offrant aux entreprises de nombreux points d’entrée. De plus, la ZLEC augmentera le besoin de connectivité, de sorte qu’il y aura de nouvelles opportunités d’investir dans les infrastructures et les secteurs allant du transport et de l’énergie aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et à l’approvisionnement en eau. Pour sa part, la Banque africaine de développement peut aider les investisseurs à trouver des projets prometteurs grâce à son Programme de développement des infrastructures en Afrique.

Les dépenses interentreprises africaines représenteront un autre secteur de croissance important d’ici 2030. Elles atteindront 4,2 billions de dollars, contre 1,6 billion de dollars en 2015. Les secteurs les plus importants seront l’agriculture et la transformation agricole (915 milliards de dollars), la fabrication ( 666 milliards de dollars), de gros et de détail (665 milliards de dollars), de ressources (357 milliards de dollars), de banques et d’assurances (249 milliards de dollars) et de télécommunications et TIC (79,5 milliards de dollars).

L’agriculture, transformations et rendements à la hausse

La croissance attendue de l’agriculture et de la transformation agricole reflète le fait que les aliments et les boissons constitueront la part la plus importante des dépenses totales des ménages. En outre, 60% des terres arables inutilisées dans le monde se trouvent en Afrique, ce qui ne représente toujours qu’une maigre part des exportations agricoles mondiales. Cela signifie qu’il y a beaucoup de place pour la croissance. Et, parce que la faim sévère touche encore de nombreux pays africains, les investisseurs peuvent même contribuer au bien public en investissant dans les engrais, les machines, l’eau et les systèmes d’irrigation, et dans d’autres domaines du secteur agricole.

En 2012, les pays africains ayant la plus forte valeur ajoutée agricole en termes de croissance annuelle étaient le Burkina Faso, l’Éthiopie, le Nigéria, le Mali, le Mozambique, le Rwanda et la Tanzanie. En outre, l’Angola, le Maroc et l’Afrique du Sud ont tous des marchés importants et se sont engagés à développer leurs secteurs agricoles.

Le prochain grand centre manufacturier du monde

Selon le Harvard Business Review, l’Afrique a également le potentiel de devenir «le prochain grand centre manufacturier du monde». La Chine devrait perdre de 85 à 100 millions d’emplois manufacturiers à faible coût et à forte intensité de main-d’œuvre d’ici 2030, et l’Afrique devrait saisir beaucoup d’entre eux.

Cela aide à expliquer pourquoi le secteur manufacturier sera le deuxième secteur en importance en termes de dépenses interentreprises. Une autre raison est que beaucoup de possibilités de fabrication en Afrique se trouvent dans des secteurs globalement compétitifs tels que les automobiles et l’équipement de transport, le pétrole raffiné, les ordinateurs et les machines de bureau et industrielles. L’Afrique du Sud, l’Égypte et le Nigéria deviennent déjà des lieux prometteurs pour investir dans ces domaines. Et les investisseurs seront également en mesure de trouver des rendements élevés et des environnements d’affaires favorables en Éthiopie, au Maroc et au Rwanda.

L’Afrique est le dernier marché frontalier du monde et les entreprises occidentales doivent commencer à tirer parti de son formidable potentiel, comme le font déjà les entreprises chinoises.

Faire des affaires en Afrique créera aussi des emplois durables et fera progresser les objectifs de développement durable des Nations Unies pour éliminer la pauvreté et la faim. Et cela, aussi, sera bon pour la ligne de fond. Comme l’a montré la Commission des entreprises et du développement durable, la poursuite des objectifs de développement durable «pourrait générer des milliards de nouveaux débouchés sur le marché de manière à étendre la prospérité à tous».

Traduction libre de l’article publié en anglaisWhy Africa is turning the heads of investors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *