La Covid-19 peut-il inspirer une nouvelle organisation des villes africaines?

Les crises sanitaires ne sont pas nouvelles en Afrique. Le continent est aux prises avec des maladies infectieuses à tous les niveaux, du local (comme le paludisme ) au régional ( Ebola ) au mondial ( Covid-19 ). La région a souvent supporté un fardeau disproportionné de flambées infectieuses mondiales.

La façon dont les villes sont planifiées est essentielle pour gérer les maladies infectieuses. Historiquement, de nombreuses innovations en matière d’urbanisme sont apparues en réponse aux crises sanitaires.

L’ épidémie mondiale de choléra dans les années 1800 a conduit à l’amélioration des systèmes d’assainissement urbain. Les infections respiratoires dans les bidonvilles surpeuplés d’Europe ont inspiré les réglementations modernes en matière de logement à l’époque industrielle.

La planification urbaine en Afrique pendant la colonisation a suivi un modèle similaire . En Afrique anglophone, les flambées de choléra et de peste bubonique à Nairobi (Kenya) et à Lagos (Nigéria) ont conduit à de nouvelles stratégies de planification urbaine . Celles-ci comprenaient l’élimination des bidonvilles et la modernisation des infrastructures urbaines. Urbanisme en Afrique coloniale françaiseégalement axé sur les questions de santé et d’hygiène, mais aussi sur la sûreté et la sécurité.

Malheureusement, les expériences régionales de choléra, de paludisme et même d’Ebola dans les villes africaines fournissent peu de preuves qu’elles ont déclenché une nouvelle éthique de l’urbanisme qui donne la priorité aux flambées infectieuses.

Des références sont souvent faites aux succès historiques de la planification urbaine en Afrique. Mais l’utilisation coloniale de la planification pour l’isolement culturel et structurel, ainsi que pour la ségrégation socio-économique et spatiale, a limité sa capacité à répondre aux urgences sanitaires. Compte tenu de la nature répandue de Covid-19, est-il raisonnable de soutenir que ce pourrait être la pandémie qui inspire une nouvelle façon de «faire» l’urbanisme en Afrique?

Notre récent article de recherche discute de trois domaines qui peuvent transformer la planification urbaine sur le continent pour se préparer à de futures épidémies infectieuses, en utilisant les leçons de Covid-19.

Intégrer l’informel

Le premier concerne l’intégration du secteur informel de la ville dans le processus de planification formel. Cela se reflète de deux manières. Le premier est la non-inclusion des établissements informels (principalement des bidonvilles) dans la pratique de l’urbanisme. Le second est le manque de focalisation de la planification sur l’économie informelle qui aboutit à l’ exclusion . Pourtant, c’est un secteur qui constitue plus de 80% de l’économie urbaine africaine .

À l’époque de Covid-19, bidonvilles et informels sont critiques en raison de la vulnérabilité du secteur à la transmission. Il est difficile de déployer des tests et de rechercher des contacts, ainsi que de respecter les règles de distanciation sociale. De nombreux habitants de bidonvilles dans les villes africaines n’ont pas accès aux services essentiels de base tels que l’eau, l’assainissement, le logement et les soins de santé.

Et, étant donné que le secteur informel est caractérisé par des activités économiques non réglementées , y compris le colportage incontrôlé et des marchés ouverts non planifiés, la surpopulation entrave les règles de distanciation sociale et physique dans les villes africaines.

Un changement est nécessaire. Peut-être que Covid-19 sera le signal d’alarme pour stimuler la consolidation des structures existantes et formelles afin de devenir plus réactives à la gestion des crises sanitaires dans les bidonvilles et le secteur informel.

Déséquilibres géographiques et économiques

Deuxièmement, il existe des déséquilibres géographiques et économiques dans la planification urbaine en Afrique. Les modèles d’ investissement et de développement se concentrent principalement sur les grandes villes avec un accent limité sur ses districts et régions adjacents. Pourtant, ce qui se passe dans les villes ne reste pas dans les villes.

Les maladies infectieuses ont souvent des effets en cascade sur les districts et les régions limitrophes ayant des relations fonctionnelles avec les grandes villes. COVID-19 a affecté les deux villes et leurs régions voisines. Cependant, les districts voisins continuent de recevoir des investissements limités dans des infrastructures essentielles telles que la santé, le logement et d’autres services sociaux essentiels.

Covid-19 peut-il inspirer une nouvelle organisation des villes africaines?

Compte tenu des perturbations de la chaîne d’approvisionnement entre les grandes villes et les quartiers adjacents en raison de la pandémie, il est grand temps que les praticiens de la planification et les éducateurs apprennent à prioriser l’urbanisme pour refléter ces déséquilibres

Une relation mal gérée entre les villes et les régions limitrophes peut créer des inégalités qui peuvent conduire à des interdépendances ville-région malsaines, à des dommages environnementaux et à des vagues non gérées de crises sanitaires. Celles-ci peuvent avoir des effets d’entraînement sur tout le spectre urbain-rural.

La planification en Afrique devrait garantir une meilleure résilience des villes-régions en s’attaquant aux déséquilibres pour produire une planification ville-régionale plus intégrée autour de la santé, des économies, des réseaux de transport et de la production alimentaire.

Espaces ouverts

Troisièmement, les questions de santé publique devraient être prises en compte dans la planification urbaine. Les résultats en matière de santé ne guident traditionnellement pas les pratiques de planification urbaine en Afrique. 

Dans notre étude, les espaces verts urbains sont utilisés comme exemple car la pandémie de Covid-19 a mis en évidence leur importance dans la gestion des urgences. Les preuves de la littérature suggèrent que les villes africaines perdent rapidement leurs espaces verts. Cela est dû, entre autres, à une mauvaise planification urbaine.

Une nouvelle approche devrait placer les espaces ouverts au cœur de la planification des villes africaines, et les systèmes de gestion des espaces verts locaux doivent s’améliorer. L’intégration de grands espaces ouverts au sein du tissu urbain permet aux villes de mettre en place des services d’urgence et des protocoles d’évacuation lors de crises sanitaires.

Ce qui semble souvent efficace pour faire progresser les réponses aux crises sanitaires, c’est une approche de planification urbaine qui intègre une gamme d’infrastructures. Cela comprend les systèmes gris (comme les installations de traitement et les égouts), verts (arbres, pelouses et parcs) et bleus (zones humides, rivières et plaines inondables).

Bien que Covid-19 ait profondément transformé la vie urbaine dans le monde, cet article offre un optimisme prudent quant à son potentiel dans la gestion des futures crises sanitaires en Afrique. 

À l’avenir, la planification urbaine en Afrique doit refléter les aspirations des résidents urbains et s’attaquer aux multiples inégalités spatiales, y compris l’accès à de meilleurs espaces en période de pandémie.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’ article original .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *