L’écosystème des start-up africaines en pleine croissance

Le nombre croissant de jeunes entreprises qui souscrivent des engagements financiers importants ouvre la voie à une nouvelle ère de croissance dans le secteur du capital-risque en Afrique. Ce sujet a été le plus débattu lors de la sixième édition du Sommet des investisseurs en début de croissance en Afrique # AESIS2019, qui s’est tenu du 13 au 15 novembre au Cap, en Afrique du Sud.

L’intérêt croissant des investisseurs étrangers – y compris de plus en plus d’investisseurs chinois -, la valorisation des entreprises en démarrage, les entrepreneurs de plus en plus tournés vers les marchés internationaux et la question de savoir si les entrepreneurs locaux bénéficient réellement de l’afflux de fonds, ont été mis en évidence par une série de panels rapides , conférences, tables rondes organisées au cours de cet événement de trois jours, qui marque la 6ème année d’existence de VC4A et d’ABAN, organisateurs du sommet africain des investisseurs en début de carrière.

Les leçons des meilleures entreprises

Les dirigeants du secteur ont débattu de ces sujets tout en partageant leurs idées et les enseignements tirés des investissements dans les plus grandes entreprises du continent. Lors de # AESIS2019, les participants se sont plongés dans ces sujets et dans de nombreux autres sujets liés aux écosystèmes.

L’événement de 2019 comprenait trois jours de contenu riche et d’activités de réseautage, avec de nouvelles composantes cette année, telles qu’une formation d’une journée pour les gestionnaires de fonds et des sessions de speed-dating.

La première journée du sommet a également été marquée par la première assemblée générale annuelle du réseau African Business Angels (ABAN), qui continue de stimuler les investissements sur tout le continent et de débloquer des ressources pour les entreprises en démarrage à leurs débuts.

Les coorganisateurs, ABAN et VC4A, ont accueilli 330 investisseurs représentant l’écosystème d’investissement africain en début de croissance.

Le Sommet a attiré le nombre le plus élevé jamais atteint d’investisseurs africains en démarrage de 35 pays différents, représentant plus de 110 organisations d’investisseurs, fonds, fondations familiales et réseaux de business angels.

L’écosystème des start-up africaines en pleine croissance

La motivation?
Rassembler les principaux investisseurs d’Afrique et au-delà pour créer des réseaux, échanger des informations, créer des partenariats et conclure des accords.

Les points clés du Sommet incluent:
– Le nombre de (co) fondatrices augmente de 18% en 2019
– L’écosystème des start-up africaines, à compter de 2018, est comparable à celui de l’Asie du Sud-Est en 2014, avec une forte augmentation des investissements initiaux attendue.
– Les acteurs de l’écosystème doivent cesser de s’intéresser à la Silicon Valley et créer leur propre modèle d’écosystème et leur voie de croissance
– Les startups africaines créent un impact social mais l’investissement
à but lucratif reste le principal moteur de la participation des investisseurs
– Les gestionnaires de fonds et les investisseurs doivent jouer sur le long jeu pour engranger tous les rendements, alors qu’il est nécessaire qu’un plus grand nombre de gestionnaires de fonds entrent dans le secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *