Prospectives 2020 : 5 faits majeurs qui marqueront l’économie mondiale

Commerce: Les derniers mois de 2019 ont vu une réelle activité internationale dans le domaine de la politique commerciale. Deux accords commerciaux régionaux majeurs ont été conclus: l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (USMCA) et le Partenariat économique global régional (RCEP) entre 15 économies asiatiques. Les États-Unis ont conclu des accords commerciaux de «phase un» avec les deuxième et troisième économies du monde, la Chine et le Japon. Au moins temporairement, ces développements ont apporté une réduction bienvenue de l’incertitude sur l’économie mondiale.

Mais il y a beaucoup de place pour des surprises commerciales en 2020. Une grande question est de savoir combien de temps le mini-accord avec la Chine tiendra face aux critiques selon lesquelles il laisse la plupart des divergences profondes entre Washington et Pékin non résolues. De plus, bien que les détails restent vagues, le mécanisme d’application semble dépendre d’une incertitude persistante, les États-Unis pouvant « unilatéralement, essentiellement, riposter si les Chinois violent l’accord », selon le conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro. Pendant ce temps, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) fait face à une crise existentielle après la perte du quorum ce mois-ci en raison du refus des États-Unis d’approuver de nouveaux membres; cela va perturber le système commercial mondial avant la réunion biennale des ministres du commerce au Kazakhstan en juin.

Avec l’USMCA passé et les mini-accords avec la Chine et le Japon terminés, le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, aura-t-il encore beaucoup de gaz dans le réservoir pour une politique commerciale militante en 2020? Probablement pas. Il semble probable que les accords de «phase deux» avec la Chine et le Japon – tous deux nécessaires, tous deux très difficiles – devront attendre un nouveau mandat présidentiel débutant en 2021. (Matthew P. Goodman)

Concurrence technologique: ce fut déjà un des grand thèmes de l’année 2019 qui a d’ailleurs tenu ses promesses : des propositions du Congrès pour financer des stratégies technologiques ambitieuses aux règles gouvernementales visant à sécuriser les chaînes d’approvisionnement technologiques – soulignant au passage la nature des enjeux élevés de la concurrence technologique et également le défi immense de développer des politiques efficaces en la matière. La question est de savoir comment certaines innovations technologiques – par exemple, dans l’intelligence artificielle, l’informatique quantique et la biotechnologie – créer des vulnérabilités mais aussi des avantages pour les pays en termes économiques et de sécurité.

La concurrence technologique restera sans aucun doute un thème clé au cours de l’année à venir. Quelques questions peuvent aider à formuler le problème pour les décideurs: premièrement, quelles technologies seront à la base du leadership en matière d’innovation à l’avenir? Deuxièmement, quel rôle le gouvernement devrait-il jouer pour favoriser le développement de ces technologies? Et troisièmement, comment les États-Unis devraient-ils tenir compte de ces considérations lorsqu’ils s’engagent avec des alliés et des partenaires, ainsi qu’avec des concurrents?

À ce jour, la concurrence technologique a été conçue principalement dans un contexte de dualité États-Unis-Chine; cependant, une position de plus en plus affirmative de la part de l’Union européenne, y compris un appel à la «souveraineté technologique» dans certains domaines technologiques critiques par le nouveau président de la Commission européenne montre clairement qu’il ne s’agit pas simplement d’un duopole se résumant à la Chine et aux Etats-Unis. L’élaboration d’une stratégie pour travailler avec les pays dans des domaines d’intérêts partagés et de croyances communes – par exemple, les normes éthiques pour certaines nouvelles technologies – devrait figurer en bonne place à l’ordre du jour de l’administration américaine. (Stéphanie Segal)

Prospectives 2020: 5 faits majeurs qui marqueront l’économie mondiale

Monnaie numérique: les avancées technologiques sont à la base des développements sur un autre sujet à surveiller au cours de l’année à venir: la monnaie numérique. Il a été largement rapporté que la Chine introduirait – au moins à titre pilote – sa propre monnaie numérique en 2020. La banque centrale de Chine, la Banque populaire de Chine (PBOC), a travaillé sur son «paiement électronique en monnaie numérique» (DCEP). ) depuis 2014. Le gouverneur de la PBOC, Yi Gang, a déclaré que l’objectif n’était pas de créer une nouvelle monnaie mais de «numériser partiellement» la base monétaire existante de la Chine; au lieu de renminbi physique (RMB), toute personne effectuant des transactions en monnaie chinoise pourrait utiliser le RMB numérique. Une telle étape serait importante, améliorant l’efficacité (bonne) et la collecte de données (mixtes).

Le Fonds monétaire international, la Banque des règlements internationaux et les différentes banques centrales et ministères des finances sont en train d’évaluer les implications possibles des monnaies numériques. L’adoption de ces innovations dépendra des préférences des consommateurs et des investisseurs ainsi que des réglementations futures, qui à leur tour sont liées aux politiques concernant le blanchiment d’argent, la collecte et la confidentialité des données et les infrastructures (financières) critiques. L’évolution de la monnaie numérique aura un impact sur le système monétaire international et peut-être sur la monnaie de référence, le dollar américain. (Stéphanie Segal)

La politique économique de la Chine: l’initiative de la Route de la Soie de la Chine (BRI) a peut-être atteint sa vitesse de pointe et un ralentissement dans son déploiement n’est pas à exclure au cours de l’année à venir. Les dépenses pour 2019 devraient être les plus faibles depuis l’annonce de la BRI fin 2013. Les contraintes sous-jacentes sont à la fois nationales et étrangères. Les décideurs chinois disposent de moins de liquidités, la croissance ralentit chez eux et il y a moins d’appétit pour aller encore plus loin dans les marchés risqués où la BRI a fait sa marque initiale. Dans le même temps, certains des partenaires de la Chine ont déjà contracté trop de dettes et hésitent à emprunter davantage.

Ces dynamiques renforcent deux tendances. La première est le désir de la Chine de «multilatéraliser» la BRI. La préférence normale de la Chine pour les accords bilatéraux en fait la partie la plus forte dans la plupart des négociations, mais engage également des coûts financiers et de réputation plus élevés lorsque les projets tournent mal. Un «centre de coopération multilatérale» pourrait fournir une voie pour augmenter les ressources et partager les risques.

La deuxième tendance est le doublement de la Chine sur les infrastructures numériques, qui coûte souvent moins cher aux pays bénéficiaires que les autres types d’infrastructures et fournit à la Chine une valeur commerciale et stratégique importante. Alors que Huawei et les autres champions technologiques chinois font face à une attention accrue de la part des marchés occidentaux, ils approfondiront la BRI dans les marchés en développement et émergents.

Gouvernance économique mondiale: Deux sommets annuels marquent le calendrier économique mondial en 2020. Le président Trump devrait accueillir ses camarades dirigeants du Groupe des 7 (G7) des démocraties avancées à Camp David à la mi-juin. Les questions urgentes ne manquent pas au programme de cette rencontre de pays aux vues similaires, notamment concernant les conflits au Moyen-Orient, les préoccupations nucléaires iraniennes et nord-coréennes et les défis d’une Chine affirmée. Le président Trump a été une force perturbatrice lors des précédents sommets du G7, mais pourrait être incité en tant qu’hôte, quelques mois avant sa réélection, à redorer ses pouvoirs de leadership mondial. Un point à surveiller est de savoir si Trump donnera suite à sa volonté exprimée lors du sommet de l’année dernière en France pour que la Russie soit réadmise dans le groupe.

Le 1er décembre, l’Arabie saoudite a pris la présidence de l’autre grand forum de la gouvernance économique mondiale, le Groupe des 20 (G20). Riyad devrait accueillir le sommet des dirigeants représentant plus de 80% de l’économie mondiale fin novembre 2020. Une question est de savoir si le G20 aidera le souverain saoudien de facto le prince Mohammed bin Salman à retrouver sa crédibilité internationale après le massacre brutal du journaliste Jamal Khashoggi l’an dernier. Ou si cette question, ainsi que le rôle saoudien dans la guerre calamiteuse au Yémen, éclipseront le sommet.

Faire des progrès sur le programme du G20 a été difficile ces dernières années, même avec les hôtes les plus compétents. Néanmoins, à Osaka l’été dernier, le Japon a pu faire avancer certaines initiatives utiles dans des domaines tels que la gouvernance des données et les investissements dans les infrastructures de haute qualité; le suivi dans ces domaines et dans d’autres vaudra la peine d’être surveillé. Et si une crise économique mondiale devait éclater en 2020 – qu’elle soit déclenchée par un nouveau conflit commercial ou des tensions financières en Chine ou en Amérique latine – le G20 pourrait avoir l’occasion de reconstruire la cohésion qui a marqué ses premiers sommets après la crise financière de 2008. (Matthew P. Goodman)

Par les experts : Matthew P. Goodman est vice-président principal et titulaire de la chaire Simon en économie politique au Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Washington, DC Stephanie Segal est chargée de recherche senior de la chaire Simon du SCRS. Jonathan E. Hillman est membre principal de la chaire Simon du SCRS et directeur du Reconnecting Asia Project.

Source : 2020 Foresights what s ahead global economics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *