Afrique et start-ups: les 5 principales tendances

Les écosystèmes du Cap, de Lagos ou de Nairobi volent beaucoup de vedette, mais le secteur africain des startups technologiques dans son ensemble croît à un rythme soutenu.

Voici les cinq tendances des écosystèmes africains des startups relevés au cours des 12 derniers mois.

Les startups africaines franchissent les barrières de financement

Chaque année, le montant des investissements dans l’écosystème technologique du continent est en augmentation, et 2019 a été une autre année record. L’un des aspects les plus excitants de cette croissance a été le nombre de startups qui ont levé des méga-financements, à savoir 10 millions de dollars, 20 millions de dollars et 30 millions de dollars. Pensez Migo , Copia , Lori , Kobo360 , Twiga , BitPesa , Swvl … Ces startups sont parvenues à franchir une des principales barrières à l’entrée, soit le financement.

On compte aussi de nouveaux fonds importants comme celui lancé par Seedstars. L’investissement croît de façon exponentielle. C’est un fait sur le continent africain.

Les Chinois arrivent

L’investissement chinois en Afrique est depuis longtemps un sujet brûlant, mais il a largement ignoré l’espace technologique. Cela a changé en 2019. Le fabricant de mobiles Transsion Holdings, un leader du marché en Afrique, s’est associé au Wapi Capital du Kenya pour lancer un fonds pour les startups fintech à un stade précoce sur le continent. Jack Ma a remis le premier prix Netpreneur . OPay a levé de grosses sommes d’argent en provenance de Chine. C’est le début de ce qui est susceptible d’être une grande tendance.

Ce ne sont pas seulement les Chinois qui investissent en Afrique. Les Scandinaves arrivent également avec Katapult , Antler et Norrsken qui augmentent tous leurs investissements sur le continent.

Afrique et start-ups: les 5 principales tendances

La législation sur les startups se développe

Le Sénégal est récemment devenu le deuxième pays africain à adopter une loi sur le démarrage , après la Tunisie. La première loi spécifique sur les startups au niveau mondial a été adoptée en Italie en 2012, et cette tendance se propage en Afrique de plus en plus. De nombreux pays, dont le Mali qui est également à un stade avancé, travaillent à l’élaboration d’actes de démarrage, avec Jon Stever, co-fondateur et directeur général d’Impact Hub Kigali et catalyseur d’ i4Policy. Au moins 10 écosystèmes africains travaillent à la mise en place de telles lois actuellement.

Le «méga incubateur» de l’Afrique

L’acquisition de l’iHub de Nairobi par le centre de co-création basé à Lagos (CcHub), crée un «méga incubateur» africain qui marquera l’histoire des startups sur le continent. Expansion de CcHub à travers l’Afrique qui pourrait aussi s’élargir grâce à une association avec le fonds Growth Capital.

Un accélérateur francophone géré par la Banque mondiale

Les écosystèmes des startups africaines francophones souffrent relativement de financement et d’attention par rapport à leurs homologues anglophones, mais cela commence à changer. La preuve avec la mise en place par le Groupe de la Banque mondiale  » L’Afrique Excelle », l’édition francophone de l’ accélérateur XL Africa lancé en 2017 .

Vingt startups technologiques ont été sélectionnées pour participer au programme et ayant accès à des financements, des réseaux, du mentorat et une communauté d’entrepreneurs aux vues similaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *