Comment Internet transforme l’Afrique

Internet en Afrique et perspectives socio-économiques

Une majorité d’Africains vivant en villes possède des appareils compatibles avec Internet et consulte en ligne régulièrement. Si les investissements dans l’infrastructure se poursuivent, l’importance d’Internet va s’amplifier au cours de la prochaine décennie, ce qui pourrait ajouter 300 milliards de dollars par an au PIB de l’Afrique.

Après une décennie d’urbanisation rapide et de forte croissance économique, l’Afrique devient numérique. Alors que seulement 16% du milliard de personnes sur le continent sont en ligne, cette image change rapidement.

La preuve de ce qui est à venir peut déjà être vue dans les grandes villes d’Afrique, où les consommateurs disposent d’un revenu disponible plus important, plus de la moitié ont des appareils compatibles Internet et les réseaux 3G sont opérationnels. D’importants investissements dans les infrastructures – par exemple, accès plus large au haut débit mobile, connexions par câble à fibre optique aux foyers – combinés à la diffusion rapide de smartphones et de tablettes à faible coût ont permis à des millions d’Africains de se connecter. Il y a une vague croissante d’innovation et les entrepreneurs comme les grandes entreprises lancent de nouvelles entreprises sur Internet.

Afrique et les opportunités avec Internet

Aujourd’hui, l’indice iGDP de l’Afrique (qui mesure la contribution d’Internet au PIB global) reste faible, à 1,1% – un peu plus de la moitié des niveaux observés dans d’autres économies émergentes. Mais il existe une variation significative entre les pays. Le Sénégal et le Kenya, bien que n’étant pas les plus grandes économies du continent, ont les PIB les plus élevés d’Afrique, et les gouvernements des deux pays ont déployé des efforts concertés pour stimuler la demande d’Internet.

D’ici à 2025, le PIB de l’Afrique devrait atteindre au moins 5 à 6%, ce qui correspond à celui des grandes économies telles que la Suède, Taïwan et le Royaume-Uni. Cependant, si Internet atteint le même niveau et un impact de la diffusion des téléphones mobiles similaire en Afrique, le PIB pourrait représenter alors jusqu’à 10% du PIB total, soit 300 milliards de dollars, tout en produisant un bond en avant dans le développement économique et social.

Dans ce scénario, la croissance de la pénétration et de l’utilisation d’Internet pourrait propulser la consommation privée à un niveau13 fois plus élevé que celui actuel. Les tendances démographiques – y compris l’urbanisation, l’augmentation des revenus et une forte génération de jeunes africains à la fine pointe de la technologie – stimuleront cette croissance.

Plus de la moitié des consommateurs urbains africains ont déjà des appareils compatibles avec Internet. Les smartphones de base sont déjà tombés en dessous du «point de bascule» de 100 dollars par unité, et les entreprises introduisent de nouveaux modèles abordables spécialement adaptés au marché africain.

La pénétration du smartphone en Afrique, actuellement de 2 à 5%, pourrait atteindre 50% dans les principaux pays et 30% dans l’ensemble. Cela se traduit par 300 millions de nouveaux smartphones vendus en Afrique dans la décennie à venir. La pénétration du PC, des ordinateurs portables et des tablettes pourrait doubler, pour atteindre 40%.

La plupart des pays ont des stratégies pour les technologies de communication de l’information en place. Si les gouvernements mettent pleinement en œuvre ces processus clés tels que les paiements de prestations et les déclarations fiscales, et lancent des initiatives numériques en matière de santé et d’éducation, les dépenses du secteur public en Afrique pourraient fortement augmenter d’ici 2025 à mesure que les opérateurs de télécommunications continuent à construire des réseaux et que de plus en plus d’entreprises commencent à numériser leurs opérations.

Transformer six secteurs clés

L’impact le plus important d’Internet en Afrique est susceptible de se concentrer sur six secteurs:

les services financiers, l’éducation, la santé, la vente au détail, l’agriculture et le gouvernement. Les gains de productivité liés à la technologie dans ces secteurs pourraient passer de 148 milliards de dollars à 318 milliards de dollars d’ici 2025, ce qui profitera à d’importantes populations.

Services financiers. Internet réduira les coûts de transaction et apportera des services financiers aux personnes qui peuvent vivre loin de leur succursale bancaire ou de l’ATM la plus proche. Grâce à la technologie numérique, plus de 60% des Africains pourraient avoir accès aux services bancaires d’ici 2025, et plus de 90% utiliseraient des portefeuilles mobiles pour les transactions quotidiennes et les envois de fonds.

Éducation. De nombreuses écoles qui manquent actuellement de manuels scolaires pourraient bientôt accéder au meilleur contenu éducatif au monde sur des tablettes ou des livres électroniques abordables; les enseignants bénéficieront également d’une formation plus efficace. Les gains de productivité liés à la technologie dans l’éducation pourraient atteindre 30 milliards de dollars, soit près de 70 milliards de dollars, ce qui permettra aux gouvernements d’améliorer leurs budgets d’éducation et de fournir à des millions d’étudiants les bases d’un avenir meilleur.

Santé. Aujourd’hui, l’Afrique compte seulement 1,1 médecin et 2,7 infirmières pour 1 000 personnes, et de nombreuses personnes se déplacent sur de longues distances pour se faire soigner. Mais Internet permet une plus grande utilisation du diagnostic, du traitement et de l’éducation à distance. Les avantages liés à la technologie dans les soins de santé pourraient aller de 84 milliards de dollars à 188 milliards de dollars d’ici 2025 – et l’impact social et économique bien plus large grâce à l’amélioration des résultats en matière de santé beaucoup plus importante.

Vente au détail. Le commerce électronique ouvrira une nouvelle expérience d’achat pour la classe moyenne croissante de l’Afrique. D’ici 2025, il pourrait représenter 10% des ventes au détail dans les plus grandes économies du continent, ce qui se traduira par des recettes annuelles d’environ 75 milliards de dollars.

Agriculture. Les agriculteurs peuvent accéder à l’expertise et à l’information depuis la météo, la sélection des cultures et la lutte antiparasitaire jusqu’à la gestion et aux finances. Ils peuvent également améliorer l’accès aux marchés, générant de meilleurs prix pour les produits.

Gouvernement. Internet est un outil puissant pour améliorer la transparence, rationaliser la prestation de services et automatiser la collecte des recettes, générant des gains de productivité de l’ordre de 10 à 25 milliards de dollars.

Malgré un démarrage lent, le développement numérique de l’Afrique est en train de s’accélérer. À mesure que le continent devient de plus en plus connecté, il produit déjà des applications Web innovantes et de nouveaux modèles commerciaux dynamiques. Pour l’instant, Internet en Afrique reste un espace ouvert où les entreprises peuvent saisir de grandes opportunités si elles agissent rapidement et de manière décisive. Le plus fascinant dans tous ces usages c’est la possibilité d’utiliser Internet pour réorganiser la prestation de l’éducation, de la santé et d’autres services publics – transformant des vies dans le processus.

Auteurs: James Manyika directeur du McKinsey Global Institute, où Michael Chui est directeur; Armando Cabral directeur du bureau de McKinsey à Lisbonne; et Suraj Moraje et Safroadu Yeboah-Amankwah directeurs du bureau de Johannesburg, où Lohini Moodley est directeur adjoint et Jerry Anthonyrajah est consultant.

Traduction libre de l’anglais vers le français par Stéphane Rossard

SourceThe Internet’s transformative potential in Africa 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *