Comment l’Afrique peut-elle attirer davantage d’Investissement Direct Etrangers ?

Définir un cadre de politique ciblé, favorable aux entreprises et offrant un avantage concurrentiel.

Beaucoup d’économies africaines n’ont pas suffisamment de diversité économique et sont trop dépendantes d’un ou deux produits de base. Cela conduit généralement à des macro-chocs réguliers, difficiles à surmonter, et retarde l’objectif de réduction de la pauvreté et d’amélioration des revenus.

La diversification doit se concentrer sur les industries qui possèdent des avantages naturels (l’agroalimentaire en est un exemple clair.) Il est essentiel d’identifier les industries présentant un avantage comparatif et de conduire une politique visant à stimuler ces industries. En outre, la politique monétaire et fiscale doit également soutenir ces initiatives. (Le Nigéria et l’Angola ont du mal à se diversifier en raison d’un manque de devises et de banques centrales qui ajustent leurs taux de change, ce qui les empêche de réaliser leurs ambitions à long terme).

Cela doit être soutenu en utilisant la technologie, permettant de dépasser les infrastructures chaque fois que possible. L’ère numérique permet aux gouvernements de connecter et de servir leurs citoyens plus rapidement et à moindre coût que jamais auparavant. De l’identification à la licence, l’ère du Big Data permet une meilleure prestation de services du gouvernement à ses citoyens. Cela continuera à prendre de l’importance à mesure que l’Afrique s’urbanisera, en surmontant le problème hérité des populations isolées. Il deviendra également plus crucial pour les dirigeants politiques africains de fournir des services améliorés, à mesure que la liberté politique se généralisera (comme cela a été la tendance des 25 dernières années).

La question de la confiance est essentielle à la réalisation de sa vision globale. Francis Fakuyama a fait remarquer que les pays ayant un déficit de confiance important doivent faire face à une bataille difficile pour obtenir des résultats bénéfiques pour la population. Construire la confiance, à son tour, nécessite un accord entre tous les groupes de parties prenantes sur une vision convenue et un engagement pour jouer un rôle dans son déploiement. (Source: Identity – La politique de l’identité contemporaine et la lutte pour la reconnaissance, Francis Fukuyama. Novembre 2018. Profile Books Ltd – 978-178125-980-1)

Résoudre les conflits politiques et construire une vision convaincante est essentiel

L’avènement d’un nouveau leadership et de cycles électoraux pourraient ouvrir la voie à une nouvelle ère de croissance du continent. C’était le cas des trois plus grandes économies subsahariennes, ainsi que de quelques autres pays importants.

• Un changement de président en Angola a ouvert la voie à une nouvelle ère de gouvernance et à un engagement à éliminer la corruption.

• Au Nigéria, les élections de février ont permis au titulaire de rester en place, malgré des élections serrées.

• En Afrique du Sud, un nouveau président a également fait naître l’espoir d’une nouvelle vision audacieuse basée sur une gouvernance améliorée et une priorité accordée à la croissance économique.

• En Éthiopie, un «président» extérieur nouvellement nommé, doté d’un programme réformiste, a également promis une nouvelle dispense plus équitable.

Jusqu’à présent, peu de preuves suggèrent que des changements politiques radicaux ont apporté des avantages tangibles. L’Angola reste coincé dans la récession et n’a guère envie d’ouvrir plus largement l’économie aux investisseurs étrangers. C’est un endroit extrêmement difficile pour faire des affaires et nécessite une réforme économique structurelle majeure avant de pouvoir attirer les investisseurs.

Gérer la dette publique à un niveau soutenable

L’Afrique a actuellement des déficits budgétaires (en pourcentage du PIB) supérieurs à la norme recommandée de 3%, et ce depuis 2011. Ce pic a été atteint en 2015 et 2016 et devrait s’atténuer par rapport aux niveaux actuels, mais ne devrait pas encore être atteint la norme recommandée dans les cinq prochaines années.

Bien que le ratio de la dette au pib total pour les pays sélectionnés se situe bien dans les normes des marchés matures (qui dépassent souvent les 100%), le sentiment vis-à-vis des marchés émergents est beaucoup plus volatil et son impact sur le coût du service de la dette est bien plus dramatique que ce qu’il fait dans le cas des économies matures. Cela se voit dans la volatilité des devises qui a affecté certains marchés au cours des dernières années. La Turquie, l’Argentine et l’Afrique du Sud méritent une mention spéciale, les trois pays ayant été confrontés à une grave dépréciation de la monnaie au cours des deux dernières années ou plus. Les trois pays ont une grande partie de la dette publique dominée en devise étrangère, ce qui signifie un risque d’investissement plus élevé.

Au cours des cinq prochaines années, les principales économies africaines devront gérer leurs niveaux d’endettement, l’impact du ralentissement de la croissance, associé aux exigences croissantes en matière de fiscalité, contraignant les finances nationales à maintenir des contraintes strictes.

La majeure partie de l’augmentation de la dette nationale s’est produite entre 2014 et 2016, lorsque la faiblesse des prix des produits de base a poussé l’Angola et le Nigéria à accumuler des déficits budgétaires. Parallèlement, l’Afrique du Sud a dû faire face à une dynamique politique interne qui non seulement a maintenu la croissance stagnante, mais a simultanément entraîné des dépenses irrégulières considérables dans diverses couches du gouvernement, entraînant une augmentation substantielle du niveau de la dette.

Une politique macro prudente est une condition essentielle pour assurer la stabilité et créer un environnement favorable au travail des entreprises et créer des opportunités d’emploi pour les millions de personnes qui rejoignent le marché du travail chaque année. La gestion de la dette est l’un des piliers essentiels de cette stabilité, puisqu’une accumulation de dette peut rapidement conduire à une perte de confiance, à une surchauffe de la monnaie et à une inflation galopante. Le Ghana a ressenti l’impact de ce sentiment faible au début de la décennie et a par la suite accordé plus de crédit à la gestion de finances publiques saines.


Comment l’Afrique peut-elle attirer davantage d’Investissement Direct Etrangers ?

L’infrastructure de financement doit être durable et rentable

Les dirigeants doivent identifier les projets d’infrastructure qui créeront un impact maximal. La majeure partie de l’Afrique subsaharienne manque de puissance, ce qui constitue l’un des principaux obstacles à la croissance. Bien que les nouvelles technologies permettent le déploiement rapide de nouvelles sources d’énergie, l’environnement porteur doit être suffisamment favorable. L’énergie éolienne et l’énergie solaire ont toutes les deux un potentiel considérable pour améliorer l’alimentation en électricité du continent et doivent être accompagnées d’une législation appropriée.

Les entités nationales obsolètes ne sont plus adaptées aux objectifs, comme cela a été démontré dans une grande partie du monde mature, et le secteur privé a déjà démontré sa capacité à fournir des services couvrant une gamme de services que le gouvernement n’a pas été en mesure de fournir. Cela inclut les télécommunications, les services financiers et, plus récemment, le secteur de l’énergie.

La participation du secteur privé montre bien comment les finances publiques peuvent être utilisées pour résoudre des problèmes de dépenses sociales plus pressants (santé, soutien du revenu et éducation).

Les cadres politiques doivent être robustes et propices à la croissance. Sans croissance, le continent aura du mal à réduire le nombre de personnes vivant dans la pauvreté.

Le commerce peut devenir un catalyseur clé de la croissance dans un avenir proche.

Le pacte commercial conclu dans le cadre de l’Accord de libre-échange entre les pays africains et africains a été signé en mars 2018 et ratifié de manière effective en mai 2019. Il a récemment été renforcé par la signature de cet accord par le Nigéria.

Cette loi, qui devrait entrer en vigueur en juillet 2020, constitue une zone de libre-échange couvrant l’ensemble du continent, dont le but est de stimuler davantage les échanges intercontinentaux. Bien que de nombreux problèmes restent à résoudre, le pacte pourrait tout simplement fournir les moyens de faciliter des échanges efficaces et moins coûteux. stimulant ainsi la croissance du continent.

L’intention est de faire passer le commerce intra-régional de l’Afrique de ses 18% actuels (du commerce total) à au moins 60%. Cela contribue à faciliter des échanges plus rapides, plus efficaces et moins chers, ce qui entraîne une baisse des prix à la consommation et a un effet stimulant sur l’activité économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *