Comprendre les 4 types d’écosystèmes d’innovation des économies africaines

4 types d’écosystèmes d’innovation des économies africaines ressortent selon l’African Innovation Report, Comprendre l’innovation créatrice de marché en Afrique, édition 2020 et publié par Harambeans and Africa Foresight Group.

Les 54 pays africains ont été évalués à l’aide de deux ensembles d’indicateurs qui mettent en exergue la force de l’économie locale et l’environnement d’innovation.

Un score au prorata a été créé pour produire un classement des pays par groupe d’indicateurs. Dans chaque groupe, les chiffres bruts de chaque métrique ont été classés par ordre croissant ou décroissant et additionnés pour produire un score total.

Le score total a été utilisé pour produire une typologie des écosystèmes d’innovation africains. Seuls les pays non considérés comme des États fragiles et ayant une contribution d’au moins 1% au PIB africain ont été inclus dans l’analyse finale.

Explorer les types d’écosystèmes d’innovation africains

Le résultat de l’analyse effectuée donne une image différenciée qui est regroupée en quatre archétypes d’écosystèmes d’innovation.

Les terrains fertiles sont considérés comme des économies qui combinent la force de l’économie locale avec un environnement propice à l’innovation. Ces économies cochent les cases pour permettre aux innovations de prospérer et d’évoluer. Cela ne signifie pas toujours que les décideurs de ces marchés ont consacré une attention particulière à la cause de l’innovation. La Côte d’Ivoire, par exemple, semble se concentrer davantage sur la reconstruction des industries de la brique et du mortier qui ont fait de l’économie un acteur important jusqu’aux années 90. La création d’un environnement propice aux start-ups et à l’innovation semble passer au second plan.

Il est frappant de constater que seules quelques économies en Afrique entrent dans cette catégorie. Le défi est clair: l’Afrique doit faire encore plus pour construire des écosystèmes d’innovation comme stratégie de croissance à long terme. L’Afrique du Sud, souvent considérée comme l’opérateur historique des start-ups et de l’innovation, parvient à conserver sa place. Les défis actuels de l’économie en ce qui concerne l’accès à l’électricité et la forte dévaluation de la monnaie couplés au défi constant du chômage de la nation ont fait dérailler ses perspectives. Cependant, le fort engagement du gouvernement sud-africain en faveur de l’innovation permettra probablement au pays de continuer à tenir bon quand il s’agit de produire des entrepreneurs créateurs de marché qui ont un potentiel panafricain.

Les pilotes automatiques ont une voie très différente vers l’innovation. L’environnement économique et celui de l’innovation sont difficiles sur ces marchés. Cependant, les meilleures innovations ne proviennent pas toujours des pays qui ont les économies les plus fortes ou les meilleures infrastructures en tant que telles. Parfois, l’innovation émerge là où le besoin est le plus prononcé.

Le Nigéria, pays dominant dans cette catégorie, est un marché qui a de jeunes talents brillants et des lacunes importantes à combler en ce qui concerne les besoins de base tels que l’éducation, les soins de santé, la nutrition et les infrastructures. Compte tenu du nombre de pôles d’innovation sur le marché, il est devenu le plus grand écosystème d’Afrique avant l’Égypte et l’Afrique du Sud.

Les innovateurs sur ces marchés résolvent de vrais problèmes qui sont omniprésents à travers le continent et ont donc un potentiel de dimensionnement multinational. Cependant, on ne peut qu’imaginer la puissance d’un tel écosystème si des facteurs de base tels que l’accès à l’électricité ou les formalités administratives étaient améliorés pour débloquer encore plus d’innovations

L’Afrique abrite un nombre croissant d’économies montantes qui ont fait la une des journaux du monde entier pour leurs taux de croissance à deux chiffres, avec des pays comme le Ghana et l’Éthiopie en première ligne.

Ces marchés traversent une transformation passionnante, attirent souvent des quantités importantes d’IDE et sont en train de diversifier et développer leurs économies locales. Cependant, ils sont dans un processus de transition et leur secteur privé reste encore vulnérable. Les investisseurs manifestent un intérêt significatif pour ces pays, mais leur identification prend du temps car la transformation de ces économies est encore très récente.

Ces marchés n’investissent cependant pas encore suffisamment dans des environnements propices à l’innovation. Avec son taux d’emprunt bancaire de 33%, l’accès du Ghana au financement pour les nouveaux innovateurs est pratiquement inexistant; entre-temps, plus de 70% de la population du Zimbabwe n’a pas encore accès à Internet et l’Ouganda peine à connecter près de 80% de sa population au réseau électrique.

Une fois que ces économies en croissance pourront améliorer leur environnement propice à l’innovation, elles entraîneront probablement un changement de paradigme dans l’histoire de la croissance en Afrique en devenant un terrain plus fertile pour que de nouvelles idées créatrices de marché prospèrent.

Comprendre les 4 types d’écosystèmes d’innovation des économies africaines

Les ingénieurs de l’innovation, en revanche, sont des marchés qui ont récemment connu un ralentissement de leur croissance économique, mais qui ont réussi à créer un environnement propice à l’innovation pour devenir leur nouveau bras armés créateur de croissance.

Des marchés comme le Kenya ou le Maroc ne sont pas classés comme terres fertiles car les deux marchés se caractérisent par une forte présence gouvernementale dans l’élaboration des politiques en faveur de l’innovation. Alors que le Kenya est un écosystème bien connu de la communauté des affaires anglophone, beaucoup pourraient ignorer le Maroc et son potentiel.

Le Maroc bénéficie traditionnellement d’une solide réputation de plaque tournante financière pour l’Afrique et a déployé des efforts considérables pour faire progresser sa réglementation en matière d’investissement. Cela a fait du pays un destinataire populaire pour les transactions de capital-investissement. Il est probable que le gouvernement se concentrera de plus en plus sur la création d’un environnement propice aux startups et aux jeunes innovateurs en particulier.

La Tunisie est un autre exemple de marché qui peut être considéré comme un ingénieur en innovation. Depuis 2011, la Tunisie est lentement apparue comme un acteur clé sur la scène des start-ups de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Il y a au nord un millier de start-ups dans le pays de 11 millions et plus de 20 hubs dédiés à l’accélération de la croissance des entreprises. Les start-ups qui ont connu le plus de succès en Tunisie sont celles qui utilisent et créent des produits technologiques pour mobiliser les communautés, encourager l’engagement civique et combler un vide dans les avancées technologiques.

Article extrait del’African Innovation Report, Comprendre l’innovation créatrice de marché en Afrique, édition 2020 et publié par Harambeans and Africa Foresight Group.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *