Développer les entrepreneurs pour une croissance économique inclusive

L’Afrique est un continent aux perspectives extraordinaires, allant de la richesse de ses ressources naturelles aux talents inexploités de sa population jeune, mais elle n’a pas encore été à la hauteur de ses potentialités et un trop grand nombre de sa population a été laissée pour compte malgré la croissance économique accélérée du monde. dernière décennie.

En partie, c’est parce que beaucoup d’économies africaines sont trop tributaires des exportations de produits de base, car elles ne sont guère enrichies avant que celles-ci ne soient chargées sur des navires pour que d’autres pays puissent les convertir en produits finis.

Cela signifie que les emplois sont effectivement exportés avec des matières premières. Cela rend également ces économies beaucoup plus vulnérables aux fluctuations de la demande de leurs ressources naturelles – une leçon douloureusement apprise ces dernières années.

Selon le rapport sur les Perspectives économiques en Afrique 2017, co-rédigé par la Banque africaine de développement, l’Organisation de coopération et de développement économiques et le Programme des Nations Unies pour le développement, l’Afrique devrait exploiter des sources de croissance moins instables pour stimuler le développement humain.

Le rapport appelle à redoubler d’efforts pour donner aux Africains les compétences nécessaires pour promouvoir le développement de bas en haut, grâce à l’innovation et aux investissements nationaux.

Relooking à la culture entrepreneuriale
Alors que le continent jouit d’une culture entrepreneuriale dynamique, avec 80% des Africains considérant l’entrepreneuriat comme une bonne opportunité de carrière et le plus grand nombre d’adultes créant ou dirigeant une nouvelle entreprise dans le monde, il s’agit principalement de secteurs à faible productivité et survivants par nature. .

Les gouvernements peuvent transformer cette culture entrepreneuriale dynamique en un moteur de croissance créatrice d’emplois plus productif en éliminant les obstacles à l’entreprenariat telles que la fragilité et les opportunités commerciales limitées pour les jeunes et les femmes en particulier, conformément à la Vision 2063 de l’Union africaine.

En tant que fabricant de certains des produits de grande consommation les plus emblématiques au monde, Coca-Cola Beverages Africa (CCBA) a tout intérêt à desservir l’un des plus grands marchés potentiels au monde, mais ce dernier doit pouvoir supporter le produit.

Soutenir les économies locales
La seule façon pour nous d’aider à atteindre cet objectif est de soutenir les économies des pays dans lesquels nous commerçons.

En tant que grande entreprise et employeur, nous apportons une contribution positive directe en investissant, comme dans de nouvelles usines de mise en bouteilles et une capacité accrue en Afrique du Sud, au Mozambique, au Kenya, en Éthiopie et en Ouganda; en achetant nos ingrédients localement et en employant localement.

Mais peut-être que le moyen le plus efficace de stimuler l’économie et de briser les liens de la pauvreté réside dans le développement de nos entrepreneurs.

La CCBA, qui fait appel à des fournisseurs et à des entrepreneurs locaux, assure beaucoup plus de moyens de subsistance que ceux de nos employés, des partenaires de distribution locaux qui livrent nos produits dans leurs propres véhicules aux détaillants qui nous fournissent des réfrigérateurs qu’ils utilisent pour présenter et fournir nos produits.

L’effet d’entraînement est dramatique. À titre d’exemple, dans l’ensemble de nos activités, nous employons plus de 16 000 personnes dans 37 usines de mise en bouteille, mais des millions d’autres en bénéficient tout au long de la chaîne de valeur, car nous desservons environ 600 000 points de vente sur nos marchés.

Habiliter les entrepreneurs
Développer des entrepreneurs, en leur donnant des compétences financières solides et une offre immédiate de produits à vendre, aide à créer un point d’ancrage pour leurs opérations de vente au détail. Nous faisons cela, conformément aux recommandations du rapport sur les perspectives économiques en Afrique, en nous concentrant spécifiquement sur les femmes et les jeunes.

Dans le cadre du système Coca-Cola, nous avons responsabilisé les femmes des communautés de nos marchés par le biais du programme 5by20. Cette initiative vise à aider cinq millions de femmes entrepreneurs de la chaîne de valeur de Coca-Cola à surmonter les obstacles lorsqu’elles se développent ou créent des entreprises d’ici 2020.

Les programmes 5by20 offrent aux femmes propriétaires d’entreprises et aux gestionnaires l’accès à des opportunités commerciales, à des cours de formation, à des produits financiers et à des mentors. Depuis 2010, 159 848 femmes ont ainsi été activées au sein de la CCBA en tant que contribution à l’objectif mondial.

En juin 2019, nous avions dépassé nos objectifs sur 5, avec la Tanzanie (44 821), le Kenya (31 403), l’Ouganda (29 017), le Mozambique (18 417), l’Éthiopie (12 832) et l’Afrique du Sud (13 328) en tête.

Il s’agit d’une opportunité partagée: nous répondons aux besoins de nos consommateurs, nous développons nos détaillants et nos distributeurs, les fournisseurs locaux en bénéficient, des emplois sont créés dans des communautés où il n’y en avait pas auparavant et nos actionnaires bénéficient de la viabilité accrue de nos opérations et de la sécurité. de leurs investissements.

Le secteur des entreprises doit trouver des domaines, avec le gouvernement, pour créer une industrie. Cela créera des emplois et les entreprises et leurs employés paieront des impôts, ce qui pourra financer des investissements sociaux tels que l’éducation, les soins de santé et le logement. À leur tour, ces investissements dans le capital humain augmenteront la productivité et le potentiel de croissance des économies africaines.

Les gouvernements doivent toujours accorder la priorité aux intérêts de leurs peuples. Cependant, il est de plus en plus évident qu’il est non seulement possible, mais nécessaire, de le faire en travaillant en partenariat avec le secteur privé.

Ensemble, nous pouvons briser la spirale de la pauvreté en Afrique.

Auteur Jacques Vermeulen
Source :
https://www.bizcommunity.africa/Article/410/845/195107.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *