Équilibrer les risques et les opportunités sur le continent africain.

De nombreux pays sont à des stades différents de leurs propres cycles macroéconomiques et politiques.

La compréhension de ces cycles et évolutions par rapport à d’autres marchés frontaliers et émergents nous donne un contexte pour les risques et opportunités d’investissement qui se présentent.

Cela vaut la peine de partager quelques réflexions sur notre cadre d’analyse de ces marchés.

Le Nigéria a des industries rentables malgré l’environnement économique morose

Le Nigeria est généralement bien connu pour avoir la plus grande population en Afrique avec l’estimation actuelle du Fonds monétaire international d’environ 200 millions de personnes. En règle générale, une population démographique nombreuse et jeune avec des revenus croissants entraîne un thème de consommation locale avec une longue piste pour une croissance économique soutenue. 

Le pays est également sous-pénétré dans de nombreuses industrie : la banque, les aliments emballés par les consommateurs et les télécommunications. Les entreprises qui opèrent dans ces secteurs devraient connaître une croissance sur plusieurs décennies. Cependant, cette trajectoire économique comporte parfois des risques. Le plus important est la dépendance du Nigéria à l’égard des revenus pétroliers (le pétrole représente l’essentiel des recettes fiscales).

Lors des précédentes baisses des prix du pétrole, le Nigéria a subi de graves répercussions sur son économie et sa monnaie. Il a également eu un blocage dans certaines réformes politiques clés, d’autant plus que le gouvernement actuel, au cours de son deuxième mandat, ne s’est pas vraiment engagé sur les infrastructures, les suppressions de subventions et les initiatives de croissance. 

Cela a conduit à un environnement de croissance plus modéré au cours des trois dernières années. Bien qu’au milieu de la lenteur de l’exécution du gouvernement, l’économie et la monnaie se soient stabilisées et la croissance économique tandis que la faiblesse commence à montrer une légère amélioration. Certains signes indiquent que l’activité commerciale reprend, certains secteurs restant très rentables et en croissance. Dans ce cadre, nous avons identifié le secteur bancaire comme un secteur qui offre un potentiel de hausse significatif malgré une réglementation croissante. 

Les grandes banques sont exposées à des entreprises de meilleure qualité avec des opportunités de consolidation, ont des bases de coûts bien gérées et l’accent croissant mis sur les canaux bancaires alternatifs contribue à générer des revenus de commissions et à réduire les coûts des succursales tout en offrant des dividendes en espèces supérieurs aux rendements obligataires. Malgré la faiblesse de l’environnement macroéconomique, il reste de bonnes opportunités ajustées au risque au Nigeria.

Les perspectives du Kenya restent positives pour les entreprises qui ont su s’adapter à la réglementation

Le Kenya a été le joyau parmi les plus grands pays d’Afrique subsaharienne enregistrant une croissance annuelle du PIB de 6% au cours des trois dernières années, une devise stable et une performance boursière respectable par rapport à l’indice MSCI Frontier Markets. Certains des fondements de cette croissance proviennent d’une économie plus diversifiée, de meilleures infrastructures, d’une meilleure alphabétisation et d’une plus grande inclusion financière.

Bien que des inquiétudes demeurent concernant l’augmentation du niveau de la dette / du PIB et une devise qui semble trop forte, le contexte macroéconomique global reste positif. 

Le Kenya a un cadre réglementaire relativement bénin, mais au cours des dernières années, nous avons vu une réglementation croissante dans les secteurs bancaire et brassicole. Comprendre comment les entreprises se sont adaptées à la réglementation a créé des opportunités d’investissement adaptées. 

Certaines banques ont profité de la période de faible croissance du crédit en raison des réglementations de plafonnement des taux pour renforcer leurs franchises de dépôt et optimiser leurs bases de coûts ainsi que pour se concentrer sur des canaux alternatifs en s’associant à des sociétés de télécommunications mobiles pour générer des revenus de commissions.

L’Afrique du Sud manque encore de réformes clés pour le changement et les opportunités d’investissement restent donc rares

L’Afrique du Sud a connu plusieurs années de faible croissance économique, de corruption endémique, de mauvaise gestion des entités publiques et de blocage des politiques. 

Une grande partie de cela a été fondée et accélérée sous la direction précédente, des preuves montrant une multitude d’intermédiaires et de responsables gouvernementaux qui ont utilisé leur autorité pour mal gérer les entités étatiques. 

Les deux dernières années ont vu un certain changement de direction; il s’agit notamment d’un nouveau président avec une meilleure intention, d’une élection et d’un changement ultérieur des ministres du cabinet ainsi que d’une tentative de changer les conseils d’administration des institutions publiques faibles. Bien que ces évolutions restent positives, la détérioration de l’économie et des institutions publiques requiert toujours une attention particulière.

En dépit de plusieurs réformes qui étaient nécessaires pour le progrès, nous constatons, cependant, peu de vraies avancées en raison des luttes intestines au sein de l’exécutif au sein du parti au pouvoir et de la résistance des syndicats du secteur public pour permettre à certaines décisions difficiles d’être prises au entités publiques.

Il semble que la gouvernance est appelée à rester médiocre, ce qui entraînera un environnement économique plutôt faible. Compte tenu de ces risques politiques plus larges, les opportunités actuelles restent minces dans un contexte de faible confiance des entreprises et des consommateurs.

Même s’il existe encore de nombreuses entreprises de qualité fonctionnant avec une saine gestion. Cependant, pour l’instant, nous continuons de suivre les progrès politiques et recherchons des indices d’un revirement significatif.

La compréhension des fondamentaux de l’entreprise ainsi que du paysage économique, réglementaire et politique plus large nous permet de mieux profiler les risques lors de la recherche d’une opportunité d’investissement.

Auteur : Danesh Ranchhod est le vice-président et directeur exécutif, Franklin Templeton Emerging Markets Equity .
https://www.bizcommunity.africa/Article/410/516/199709.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *