Interview : Vera Songwe et les enjeux de la zone de libre-échange africaine.

En juillet 2019, l’Union africaine a lancé la phase opérationnelle de la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) lors d’un sommet au Niger. Les pays avaient signé l’accord-cadre de l’ALECA le 21 mars 2018; et en avril dernier, 22 pays (le nombre requis pour que l’accord entre en vigueur) avaient déposé leurs instruments de ratification.

Avec un marché combiné de plus de 1,2 milliard d’habitants et un PIB de 2 500 milliards de dollars, l’ALECA pourrait potentiellement faire de l’Afrique la plus grande zone de libre-échange du monde. L’appui des Nations Unies à l’Union africaine au cours des négociations et des ratifications a été dirigé par Vera Songwe, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

Pour le renouveau de l’Afrique, interview de Christabel Ligami à propos de la phase de mise en œuvre de l’Accord, de l’autonomisation des femmes africaines et de sa vision de la CEA. Ce qui suit sont les extraits.

Maintenant que l’Accord est en vigueur, pensez-vous que les pays appliqueront intégralement l’accord et dans les délais impartis?

C’est une bonne chose que certains pays fassent un pas en avant. Cela montre à quel point le commerce est important pour les pays africains et que ceux-ci sont prêts à ouvrir leurs frontières. Alors, oui, nous espérons que les pays appliqueront intégralement l’accord. Les pays réalisent qu’ils doivent commercer davantage avec les autres en raison de l’augmentation attendue des revenus et de la création d’emplois, en particulier pour les jeunes. Le commerce intra-africain devrait augmenter à 53,3%, ce qui signifie que les revenus vont augmenter.

Comment les États membres peuvent-ils garantir que l’accord est pleinement mis en œuvre?

Les ministres des finances des États membres signataires de l’AfCFTA ont un rôle important à jouer pour aider les pays à mettre en œuvre l’accord. Les taxes et les douanes, par exemple, qui sont des éléments clés de l’AfCFTA, relèvent du ministère des finances. Il appartient aux ministres des finances d’évaluer si, comment et quand les recettes augmenteront pour leur pays et comment ces recettes seront dépensées. Une fois que le document a été ratifié, les pays ont 10 ans, voire 13 ans pour mettre en place les politiques clés permettant de tirer pleinement parti de l’AfCFTA.

Nous attendons des pays qu’ils réexaminent leurs politiques macroéconomiques en mettant l’accent sur des politiques budgétaires adaptées et en nous aidant non seulement à nous adapter mais aussi à tirer le meilleur parti de l’Accord, et plus généralement à réaliser l’Agenda 2063 et le Agenda 2030 pour le développement durable. L’action urgente consiste à créer un espace budgétaire propice pour encourager les investissements publics et privés tout en assurant la diversification économique.

Certaines négociations doivent encore être conclues. Existe-t-il des questions litigieuses sur lesquelles les pays doivent encore s’entendre?

Les questions en suspens sont les questions de concurrence, les dispositions relatives aux investissements, à la propriété intellectuelle, au commerce électronique, etc. Les pays ont convenu de prendre plus de temps pour négocier ces questions. Les questions sont en cours de discussion et seront finalisées lors de la deuxième phase des négociations.

C’est le même processus, même pour d’autres accords commerciaux mondiaux. Les négociations ne sont jamais conclues à la fois. les discussions sur les questions commerciales sont vastes et prennent du temps à conclure. Nous voulons éviter une situation où l’AfCFTA ouvre les pays à la concurrence déloyale.

Interview : Vera Songwe et les enjeux de la zone de libre-échange africaine.

L’Afrique fait un bond en avant dans la technologie, c’est pourquoi nous discutons déjà du commerce électronique. Ceci est très important pour les pays dont la technologie est bien développée. Pour ceux qui ne sont pas aussi avancés dans la technologie, nous devons nous assurer qu’ils comprennent mieux les questions relatives au commerce électronique.

L’UA et les ministres du commerce africains, après avoir finalisé les instruments nécessaires, ont officiellement lancé la phase opérationnelle de l’AfCFTA lors d’un sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement le 7 juillet 2019.

Le commerce numérique en Afrique croît à un taux annuel estimé à 40%. Quel conseil donneriez-vous aux pays qui numérisent leurs économies?

Si elles sont pleinement adoptées, les applications numériques contribueront à combler les lacunes en matière de crédit, à habiliter les femmes à devenir des entrepreneurs, à fournir des données de marché en temps réel pour les agriculteurs ruraux et éloignés, ainsi que des analyses de données pour les informations relatives au climat. L’avantage de la numérisation est qu’elle transforme l’économie en réduisant les obstacles à l’entrée et en élargissant le marché des entreprises, en créant des emplois et en stimulant le commerce intérieur et extérieur de biens et de services. Les pays africains ont également la possibilité de tirer parti de ces développements pour avoir un impact positif sur la prestation de services publics, y compris l’efficacité et la portée des filets de sécurité sociale, de l’éducation et de la santé.

Certains pays adoptent déjà progressivement des solutions numériques en matière de politique fiscale et de dépenses, de gestion des finances publiques et de prestation de services publics. Les transactions numériques pourraient potentiellement réduire les fuites dans les dépenses publiques et le recouvrement des impôts s’élevant à des milliards de dollars. C’est cet argent qui peut aider à combler un important déficit en besoins de financement annuels de l’Afrique.

Quel est votre plan pour les femmes?

Bien que diverses études aient montré que les femmes jouent un rôle central dans la croissance économique de tout pays ou de toute région, les femmes africaines sont toujours sous-représentées dans la plupart des secteurs, y compris la technologie. En commençant chez moi, je compte faire correspondre le nombre d’hommes employés à des femmes ayant les mêmes qualifications. J’ai l’intention d’impliquer davantage les femmes dans l’élaboration des recommandations politiques. Nos études ont établi que trop peu de femmes sont impliquées dans les discussions politiques et la prise de décision. Nous travaillons actuellement sur le Fonds de leadership pour les femmes africaines, qui autonomisera économiquement les femmes africaines.

Source : https://www.bizcommunity.africa/Article/410/423/194759.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *