L’Afrique, futur géant du pétrole et du gaz ?

D’un continent décrit comme «sans espoir» en 2000 à un continent plein de potentiel 20 ans plus tard, l’Afrique est de retour sur la carte du pétrole et du gaz.

Heureusement, cette phrase plutôt accablante de The Economist a perdu son sens. L’Afrique fait partie des continents les plus dynamiques de la planète. Son secteur pétrolier et gazier est sur le point de connaître des avancées spectaculaires.

«Les sociétés pétrolières et gazières africaines ont résisté à la récession et ont capitalisé sur les efforts en vue de concentrer leurs efforts sur de nouvelles méthodes de travail, réduire les coûts et utiliser les nouvelles technologies», a déclaré Chris Bredenhann, responsable de la division PwC Africa Oil & Gas Africa.

Avec des découvertes offshore importantes et avec de plus en plus de pays devenant producteurs de gaz naturel et de produits pétroliers, les perspectives sont bonnes pour l’Afrique. D’importants projets en amont sont en cours ou en phase préparatoire, ce qui a suscité l’intérêt des investissements des CNO, des COI et des acteurs plus mondiaux.

Perspectives pour les investissements pétroliers et gaziers en Afrique

Quelles sont les perspectives d’investissement dans le secteur pétrolier et gazier africain ?

Selon le Statistical Review 2018 de BP, les pays africains producteurs d’hydrocarbures détiennent collectivement 125 milliards de barils de pétrole et 13,8 milliards de mètres cubes de gaz. Celles-ci représentent respectivement 7,5% et 7,1% du total des réserves mondiales.

La plupart des plus grandes découvertes dans le monde ont été réalisées dans des zones africaines. Par exemple, le gisement gigantesque de Zohr se trouve dans les eaux égyptiennes au large de la côte nord-africaine, tandis que le champ récemment découvert de Brulpadda en Afrique du Sud, en eaux profondes, recèle un potentiel de plusieurs milliards de barils.

Le champ de recherche au Sénégal de Yakaar, exploité par la société Kosmos Energy, inscrite au registre du commerce au Texas, a été classé par PwC parmi les dix plus grandes découvertes de 2017. Les phases I et II de ce projet contiennent plus de 1,5 milliard de barils de gaz équivalents.

Au début de 2018, les découvertes ont atteint un total de 7,5 milliards de bep, soit une augmentation de 30% par rapport à 2017, à l’échelle mondiale. Le Sénégal représentant à lui seul 20% du total mondial, il est facile de comprendre pourquoi l’Afrique suscite l’engouement au regard de ces chiffres.

Et ce serait apparemment la partie émergée d’un énorme iceberg d’hydrocarbures.

Il faut aussi noter que des sociétés internationales comme Total et Eni injectent déjà des liquidités en Afrique – un indicateur du potentiel d’investissement en hydrocarbures de l’Afrique.

Le potentiel de ressources de l’Afrique reste relativement inexploité à l’heure actuelle, alors que 30% de la production actuelle provient de champs traditionnels.

Or cette exploitation, qui exigent des moyens énormes, ne peut se faire sans l’aide des compagnies internationales et les indépendants pour aider les Etats dans leur projets de développement.

Ces appels d’offres sont une des clés du développement de l’exploitation des hydrocarbures africains. Presque tous les pays riches en ressources cherchent des investisseurs étrangers. En fait, cette tendance s’est développée au cours de la présente décennie.

En 2018, par exemple, 16 pays africains ont organisé ou préparé des enchères par blocs, notamment l’Algérie, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Gambie et l’Égypte. Le Sénégal, la Côte d’Ivoire et la Gambie présenteront d’autres atouts lors du Forum sur les perspectives de la Semaine africaine du pétrole 2019, qui se consacrera également au développement de l’Afrique du Sud.

Les adjudications de 2018 font suite à une année 2017 réussie. Selon PwC, 20 opérations d’une valeur de 30 milliards de dollars ont été signées concernant le développement de champs en Afrique et les infrastructures connexes au cours de cette année.

L'Afrique, futur géant du pétrole et du gaz ?

Deloitte prévoit d’autres séries d’enchères dans la prochaine décennie. Le cabinet d’études estime que, entre 2019 et 2025, 55 autres blocs seront mis aux enchères au moyen d’appels d’offres publics, d’appels d’offres limités ou de demandes de mise en ordre

Les hydrocarbures joueront un rôle important dans l’énergie future du continent africain

Le pétrole et le gaz ne représentent pas seulement un moyen d’alimenter et de développer de nouveaux produits dans les pays africains. C’est un fait que c’est un énorme générateur de revenus pour les économies continentales.

Par exemple, lors de la découverte de Total par Brulpadda, les ressources pourraient générer environ 69 milliards de dollars de revenus pour ses partenaires et pour l’Afrique du Sud uniquement.

Des projets similaires, tels que Cori South FLNG au Mozambique, ont une longue durée de vie, ce qui se traduit par des avantages monétaires et un retour sur investissement à long terme. Dans le cas de Coral South, BP achète des droits sur le gaz produit dans ce pays depuis 20 ans.

Compte tenu de l’importance économique des hydrocarbures, il est juste de dire qu’ils resteront une partie importante du bouquet énergétique de l’Afrique. Le gaz, en particulier, est présenté comme le moteur économique à faibles émissions de carbone et à forte rentabilité avant que l’Afrique ne passe aux énergies renouvelables. Ce changement des énergies renouvelables est cependant encore loin.

La croissance démographique est un autre aspect à prendre en compte. Selon le World Population Review, le continent comptera 2,5 milliards d’habitants d’ici 2050, soit bien plus que les 1,3 milliard actuels.

L’augmentation de la population entraîne une demande accrue de combustibles liquides et d’énergie en général. PwC estime que la demande énergétique de l’Afrique augmentera de 60% d’ici à 2030.

À cela s’ajoute une hausse des carburants liquides pour véhicules privés et commerciaux. Actuellement, la capacité de raffinage est inférieure aux besoins non seulement pour l’avenir, mais également pour le présent. Les États africains doivent souvent importer des produits pétroliers raffinés et importés pour satisfaire leurs besoins en carburant.

Selon les prévisions, 3,4 milliards de barils de carburants raffinés seront nécessaires en Afrique d’ici 2030.

Les raffineries sont au centre des préoccupations. Ce qui réprésenteune opportunité à explorer pour les investisseurs internationaux. Des pays tels que l’Angola, la Guinée équatoriale, l’Ouganda, le Nigéria et l’Afrique du Sud, pour n’en nommer que quelques-uns, explorent leurs options de raffinage. La modernisation des installations actuelles ou la mise en place de nouveaux projets. L’Ouganda, par exemple, a les yeux rivés sur un complexe de raffinage d’une valeur de 4 milliards de dollars, qui devrait être inauguré en 2022.

Un mot sur l’environnement réglementaire du pétrole et du gaz en Afrique

L’environnement réglementaire de l’Afrique constitue un obstacle potentiel à la confiance des investisseurs.

Pendant des décennies, le continent a eu la réputation de manquer de transparence et d’être lesté de réglementations rébarbatives. Cependant, cela change progressivement. La législature évolue dans des pays clés du secteur des hydrocarbures, ce qui laisse présager un meilleur environnement des investissements.

L’Angola, par exemple, a créé l’Agence nationale du pétrole et du gaz chargée de gérer la vente de blocs de pétrole afin de réduire la bureaucratie et d’accroître les investissements. Le département devrait être entièrement en ligne d’ici 2020.

L’Égypte a adopté la loi sur le marché du gaz, qui traite des questions de licence, de concurrence sur le marché et de prix des services. Le gouvernement égyptien vise ainsi à libéraliser son secteur gazier actuel, à l’ouvrir à un plus grand nombre d’acteurs du marché et à faire de l’Égypte un hub de GNL en Afrique du Nord.

En Afrique du Sud, le projet de loi portant amendement de la loi relative à la mise en valeur des ressources minérales et pétrolières pourrait être retiré et il est prévu de séparer le pétrole et le gaz de l’exploitation minière en élaborant une législation distincte.

Il ne s’agit en aucun cas d’une vue d’ensemble du cadre réglementaire de l’Afrique, mais cela donne des indicateurs montrant que des progrès sont en cours pour remédier aux difficultés de la réglementation.

Source : https://africa-oilweek.com/Articles/africa-oil-gas-investment-outlook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *