Le boom du marché du gaz naturel en Afrique

L’Afrique devient un des grands marché convoités par les multinationales concernant l’exploitation du gaz naturel.

Le continent détient 7,1% des réserves mondiales de gaz prouvées et devrait contribuer à près de 10% de la croissance de la production mondiale d’ici 2024.

Du côté de la demande, les grandes sociétés africaines, urbanisées et industrialisées auront besoin d’une production d’électricité fiable et durable. Avec des investissements nouveaux au Nigeria, en Égypte, au Mozambique et ailleurs, atteignant près de 103 milliards de dollars cette année, il est clair que la liquéfaction est considérée comme la stratégie la plus rentable pour la réalisation du potentiel gazier de l’Afrique.

Record d’investissements du côté de l’offre

Le Nigeria représente plus de 50% de la capacité actuelle de production de GNL sur le continent. En octobre 2019, 12 milliards de dollars ont été investis dans l’agrandissement de l’usine de liquéfaction du pays située à Bonny Island, dans l’État de Rivers.

Ce projet d’expansion devrait augmenter la capacité de production de GNL nigérian de 35%, passant de 22 millions de tonnes par an à 30 millions. L’usine, vieille de 20 ans, est détenue et exploitée par un consortium composé de NNPC, Shell, Total et Eni.

En Afrique du Nord, l’Égypte s’est réimposée avec succès comme destination de choix pour les investissements après le ralentissement du secteur gazier en 2014. Au premier semestre de 2019, le gisement gazier offshore de Zohr, énorme, a produit 11,3 milliards de mètres cubes, soit 3,6 fois plus que il l’a fait en 2018.

Le succès devrait se poursuivre avec une nouvelle découverte cette année au sein de la concession Nour North Sinai. L’évaluation est en cours, mais le nouveau champ pourrait rivaliser avec le Zohr, ce qui ouvrirait d’importantes possibilités d’investissement dans de nouvelles usines de liquéfaction. En février, l’Egyptian Natural Gas Holding Corporation a attribué cinq nouvelles concessions d’exploration de gaz à Shell, ExxonMobil, Petronas, DEA et Eni, dans lesquelles 20 puits devraient être forés.

En juin, Anadarko a donné son accord final à un terminal de liquéfaction et d’exportation de gaz d’une valeur de 20 milliards de dollars au Mozambique. Le projet de la zone 1 est le plus grand projet de GNL jamais approuvé en Afrique. Et il pourrait être suivi de près par le développement d’Exxon dans la zone 4 – le FID attendu avant la fin de l’année. Grâce à la stabilité politique et à l’accès aux marchés de l’Asie de l’Est, le Mozambique deviendrait un marché gazier mondial majeur au cours de la prochaine décennie.

Les investisseurs accordent également une attention particulière aux petits projets dans des pays tels que la Mauritanie, le Sénégal et le Cameroun. Les opérateurs ont réussi à déployer la technologie FLNG (gaz naturel liquéfié flottant) pour tirer parti de la valeur d’actifs plus modestes sur ces marchés. Cette tendance pourrait se maintenir en 2020 et au-delà. Eni et ses partenaires envisagent de doter le gisement Coral South au Mozambique de 7 milliards de dollars.

La diversification du GNL en Afrique du Sud

En termes de demande africaine en GNL, l’Afrique du Sud – l’économie la plus industrialisée du continent – pourrait être un marché influent.

Une consommation élevée de charbon et une production d’électricité peu fiable font du gaz naturel une solution attrayante pour diversifier sa base de production d’énergie. En 2020, Transnet – une entreprise de logistique de fret appartenant à l’État – lancera un appel d’offres pour le développement d’un terminal d’importation de GNL dans le port de Richards Bay.

La Société financière internationale de la Banque mondiale a engagé 2 millions de dollars pour financer la planification du projet.

Source https://www.bizcommunity.africa/Article/410/834/194781.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *