Pourquoi la pandémie est une opportunité de repenser la politique américaine envers l’Afrique

Les Américains mènent beaucoup de réflexion sur la pandémie de Covid-19, remettant en question les systèmes de santé publique, la polarisation politique jusqu’à la résilience économique des États-Unis.

Il semble que tout soit sur la table, sauf la façon dont les États-Unis formulent, mettent en œuvre et communiquent leurs relations avec leurs alliés et leurs concurrents. En réponse à cette crise de santé qui change la vie, la politique étrangère américaine doit également changer.

Cela n’est nulle part plus évident qu’en Afrique subsaharienne. Les politiques américaines ont désespérément besoin d’être repensées. Les cas augmentent, les économies s’effondrent et, de façon inquiétante, la classe politique s’isole d’elle-même. Les dégâts de Covid-19 ne feront que s’aggraver dans les prochaines semaines. La région est particulièrement vulnérable, avec des systèmes de santé faibles, des populations urbaines denses et des conflits de sécurité qui entravent l’accès.

Cette tragédie qui se déroule présente une opportunité unique de réinventer les politiques, les programmes et la diplomatie publique des États-Unis en Afrique subsaharienne. Depuis la fin de la guerre froide, la politique américaine à l’égard de la région a été assez cohérente. Le «consensus bipartisan» a été un mantra – et une source de fierté – dans les cercles politiques africains.

Même l’administration Trump, qui n’aime pas de nombreux principes et programmes de longue date, a eu du mal à rompre avec les politiques passées. L’effet dévastateur de la pandémie oblige cependant le gouvernement américain à travailler différemment. Avec des fermetures partielles ou complètes à Washington et dans les capitales africaines, il est devenu essentiel de forger une nouvelle approche.

Premièrement, il est temps de réorganiser la programmation américaine en Afrique subsaharienne. Les décideurs américains considèrent trop souvent l’Afrique comme un continent rural mondialement déconnecté avec des économies ancrées dans l’agriculture ou les industries extractives.

L’épidémie de Covid-19 a contraint les décideurs politiques à compter avec un continent urbain cosmopolite, intégré et dynamique. Le virus se propage rapidement dans les villes de la région , où vivent 40% de la population. Elle ravage le secteur informel où 85% des Africains travaillent. Les Africains, quant à eux, comptent sur un accès à croissance rapide à Internet pour travailler, effectuer des opérations bancaires et rester en contact avec le monde.

Ces changements indiquent que les États-Unis devraient réorienter leur politique vers les zones urbaines, investir dans la technologie et exploiter le secteur informel sous-estimé. Il est essentiel d’approfondir les liens avec les dirigeants municipaux et de demander à la nouvelle US Development Finance Corporation de donner la priorité à l’accès à large bande, à l’électricité fiable et aux autres infrastructures nécessaires.

Deuxièmement, la pandémie de Covid-19 est l’occasion de redéfinir la façon dont les États-Unis travaillent avec leurs partenaires africains. Depuis le début des années 2000, l’engagement des États-Unis avec les services de sécurité africains a été conditionné presque entièrement par la priorité accordée à la lutte contre le terrorisme.

La crise sanitaire, cependant, souligne qu’il existe d’autres menaces mortelles pour la région. Des alliés des États-Unis tels que l’Éthiopie, le Sénégal et l’Ouganda utilisent leurs forces de sécurité pour sécuriser les frontières et appliquer des restrictions – et pas toujours avec des résultats positifs. Des abus des forces de sécurité ont été signalés dans plusieurs pays, dont le Kenya.

La pandémie est une opportunité de repenser la politique américaine envers l’Afrique

Les États-Unis doivent aller au-delà du terrorisme et se recentrer sur la création de partenariats de sécurité responsables qui répondent aux défis sanitaires et humanitaires, et pas seulement à l’extrémisme violent.

Le gouvernement américain doit également utiliser l’épidémie pour réaffirmer son attachement à la démocratie, aux droits de l’homme et à la bonne gouvernance. La position des États-Unis a toujours été renforcée par un soutien sans faille aux valeurs universelles, notamment la liberté d’expression, les droits individuels et la protection des populations vulnérables.

Les dirigeants africains qui sont responsables devant les électeurs illustrent ces valeurs et sont plus susceptibles de traverser cette crise. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, par exemple, a franchi le pas politique et s’est associé à la société civile et au secteur privé contre ce virus. Les médias de la région, où ils sont libres et dynamiques, ont pressé les gouvernements de partager les mises à jour et de lutter contre la désinformation.

Les États-Unis doivent reprendre leurs partenariats avec les réformateurs démocratiques parallèlement aux investissements dans les assemblées législatives, judiciaires,

Enfin, il est impératif de revigorer la diplomatie publique américaine, qui perd beaucoup face à la Chine et à la réponse de Jack Ma à la une de cette crise. Les responsables américains doivent être plus créatifs. Il est temps que les diplomates américains dialoguent avec les jeunes populations africaines et technophiles.

Les ambassadeurs américains doivent faire preuve d’ingéniosité américaine s’ils veulent entrer en contact avec des publics africains.

Courtiser les stars de la pop, les sommités du cinéma et les icônes du sport de la région est une première étape. Jusqu’à présent, quelques diplomates s’adaptent à ce nouvel environnement, comme l’ambassadeur américain à Kinshasa qui a posté une vidéo avec un artiste hip hop congolais sur le lavage des mains.

Le gouvernement américain ne peut pas manquer cette occasion de soutenir ses partenaires africains dans leur lutte contre la pandémie.

Il serait tout aussi tragique que les États-Unis gaspillent ce moment en ne faisant pas évoluer leurs politiques et en redéfinissant leurs relations pour affronter une nouvelle réalité.

Judd Devermont est directeur du programme Afrique au Center for Strategic and International Studies (CSIS) à Washington, DC

Traduit de l’article : The Pandemic Presents an Opportunity to Refresh U.S. Policy toward Africa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *