Pourquoi la pandémie ne sauvera pas le climat (partie 1)

La chute libre économique accompagnant la pandémie de coronavirus a, par certaines mesures, rendu le monde plus propre.

La pollution de l’air dans les villes chinoises, indiennes et américaines est en baisse. Rien qu’en Chine, une pollution atmosphérique plus faible a peut-être sauvé plus de vies que le virus n’a tué jusqu’à présent. À New York, certains polluants ont chuté de plus de la moitié en seulement une semaine.

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone, principale cause à long terme du réchauffement climatique, devraient baisser de 8% cette année.

Tout cet air plus pur a un coût énorme et inacceptable. Mais la pandémie pourrait-elle jeter les bases d’une action plus sérieuse pour protéger l’environnement, y compris sur le plus grand de tous les problèmes environnementaux, le changement climatique?

La réponse courte est: Probablement pas. Certains observateurs espèrent que le monde post-pandémique sera plus enclin à répondre aux appels des scientifiques à l’action climatique. D’autres prédisent que le coût énorme des programmes de relance – les dix premières économies ont déjà engagé 70 milliards de dollars en dépenses de relance, et d’autres en cours – pourraient faciliter politiquement aux gouvernements l’introduction de nouvelles taxes sur le carbone plus élevées et de politiques budgétaires respectueuses du climat, peut-être même un New Deal vert mondial pour réparer les torts passés.

Mais en dépit de tous ces espoirs, la plupart des preuves indiquent le contraire. Pour réduire les émissions de façon permanente, il faudrait ce que les climatologues appellent une «décarbonisation profonde»: un investissement massif et à long terme pour éloigner l’industrie et l’agriculture des combustibles fossiles conventionnels et des méthodes de production. Cela a toujours été une tâche monumentale, bien que réalisable. La pandémie rendra les choses beaucoup plus difficiles.

INERTIE

Le schéma historique des émissions de dioxyde de carbone n’est pas encourageant. Depuis la crise pétrolière du début des années 70, les émissions ont régulièrement augmenté, malgré des récessions périodiques qui ont temporairement sapé la demande mondiale d’énergie.

La première crise pétrolière a stimulé d’importantes avancées en matière d’efficacité énergétique, ce qui a permis de réduire les émissions, mais elle a également encouragé de nombreux pays à s’appuyer davantage sur le charbon (que la plupart des gouvernements considéraient comme plus sûr dans l’approvisionnement), une source d’énergie si polluante qu’elle annule de nombreuses des gains d’une efficacité accrue.

La deuxième crise pétrolière, en 1979, et la dissolution de l’Union soviétique au début des années 1990 se sont toutes deux déroulées de la même manière: les émissions ont plafonné ou ont baissé pendant un certain temps après chaque choc, pour remonter ensuite.

Dans certains cas, comme après la crise financière asiatique de 1997, les émissions ont grimpé encore plus vite qu’auparavant. Tant que l’économie mondiale restera dépendante des combustibles fossiles conventionnels et des processus industriels à fortes émissions, et tant que de puissantes forces structurelles stimuleront la demande, le schéma persistera.

La reprise économique qui suit la pandémie actuelle ne semble pas différente.

Les conditions d’aujourd’hui – avec tout le monde coincé à la maison et tenant des réunions sur Zoom – permettent d’imaginer facilement un avenir avec beaucoup moins de voyages en avion à fortes émissions. Mais l’histoire montre qu’une fois que les revenus recommenceront à croître et que les restrictions seront levées, les gens ne resteront pas autant assagis.

Plus leurs revenus sont élevés, plus les personnes sont mobiles et plus elles génèrent d’émissions. Les super-riches ne restent pas chez eux même s’ils peuvent visiter les musées virtuellement en utilisant la vidéo HD. Ils s’envolent pour Florence en personne.

Au plus fort du premier choc pétrolier, le président américain Richard Nixon a déclaré aux Américains: « Nous n’aurons pas à arrêter les voyages en avion, mais nous devrons planifier cela plus soigneusement. » Peu de planification minutieuse s’est produite. Après le choc, les voyages en avion ont rebondi. Plus tard, le secteur a été déréglementé de manière à créer une concurrence accrue et des prix plus bas, et la demande a augmenté encore plus rapidement.

Aujourd’hui, l’économie mondiale est plongée dans une profonde récession. Les périodes économiques difficiles inspirent rarement le soutien à des missions ambitieuses avec des avantages apparemment abstraits.

Les sondages montrent que le public veut de l’énergie propre – mais il veut aussi de l’énergie bon marché, et la difficulté de marier propre et bon marché obligera les décideurs politiques, à court terme, à prioriser l’un sur l’autre.

Avant la pandémie et la crise économique qui a suivi, l’opinion publique était déjà polarisée, avec peu d’électeurs, sur le changement climatique comme une priorité absolue. La pandémie va encore vaincre cette communauté de supporters.

pourquoi la pandemie covid19 ne sauvera pas la planete part 1

Les gouvernements du monde entier injectent de l’argent dans leurs économies en déclin, mais jusqu’à présent, ils ne le dépensent pas de manière à produire une énergie plus propre.

Aux États-Unis, les plans actuels contrastent fortement avec ceux du plan de relance de 2009, qui a presque triplé les dépenses fédérales américaines en recherche et développement dans le domaine de l’énergie – principalement axées sur l’écologisation du système énergétique – pendant plus d’un an. Le programme d’innovation le plus important du département américain de l’Énergie (Advanced Research Projects Agency – Energy, plus connu sous le nom d’ARPA-E) a débuté avec les fonds de relance de 2009, tout comme de nombreux autres programmes efficaces pour déployer de nouvelles technologies efficaces dans l’économie. Les dépenses d’innovation de ce type sont essentielles pour réduire les émissions, car toutes les technologies nécessaires à une décarbonisation profonde n’existent pas encore.

Les programmes de relance du gouvernement de cette année sont beaucoup plus importants que leurs prédécesseurs, mais à ce jour, leur investissement dans l’innovation est pratiquement nul. (Les analystes ont décrit quelques moyens pragmatiques d’utiliser les fonds de relance pour stimuler l’innovation, et leurs propositions pourraient gagner du terrain dans les prochains cycles de relance.)

Le changement climatique mondial est, fondamentalement, un problème qui nécessite une action internationale.

Les pays les plus motivés pour agir représentent une part décroissante des émissions mondiales, ce qui signifie qu’ils ne peuvent pas régler le problème par eux-mêmes. Au lieu de cela, ils ont besoin de cadres qui encouragent d’autres pays à suivre leur exemple.

Avant même que la pandémie ne fasse basculer les pays vers un repli sur soi, la montée du populisme avait rendu de plus en plus difficile la construction et le maintien de telles institutions à l’échelle mondiale.

L’accord de Paris de 2015 sur le changement climatique, par exemple, était déjà fragile. Plus tard cette année, ses États signataires devraient proposer des plans actualisés pour des efforts nationaux plus ambitieux de réduction des émissions.

Certains pays peuvent encore aller de l’avant même après ce choc macroéconomique de la pandémie, notamment en Europe, où l’engagement en faveur de l’action pour le climat reste solide.

Mais dans la plupart des autres régions, de tels plans seront probablement au mieux retardés au pire annulés. La pandémie, en termes simples, ne fera pas grand-chose pour le climat si ce n’est pour réduire temporairement les émissions.

Auteur : DAVID G. VICTOR est professeur d’innovation et de politique publique à l’Université de Californie à San Diego et chercheur principal non résident à la Brookings Institution.

Source : https://www.foreignaffairs.com/articles/2020-05-07/pandemic-wont-save-climate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *