Pourquoi la Russie compte dans la nouvelle vision de l’Afrique

Dans cet article d’opinion, l’économiste en chef et directeur de la recherche et de la coopération internationale d’Afreximbank, le Dr Hippolyte Fofack, écrit sur l’importance des relations naissantes entre la Russie et l’Afrique, alors que l’Afrique recherche de nouveaux partenaires économiques et commerciaux après la naissance du libre-échange continental africain. Zone (AfCFTA)

Les réunions annuelles de la Banque africaine d’importation et d’importation (Afreximbank), la principale banque de financement du commerce extérieur en Afrique, se sont tenues à Moscou, capitale de la Russie, en juin dernier. La coopération entre la Fédération de Russie et l’Afrique remonte à plusieurs décennies, lorsque l’Union soviétique de l’époque fournissait un soutien tactique et logistique aux pays africains dans leur lutte pour l’indépendance et l’autodétermination.

Ces dernières années, reflétant peut-être une convergence idéologique mondiale, c’est le niveau de coopération économique entre la Russie et l’Afrique qui a suscité le plus d’intérêt et de dynamisme. Par exemple, au cours des dix dernières années, le volume des échanges commerciaux entre les deux partenaires a augmenté de plus de 140% pour atteindre 20,4 milliards de dollars en 2018 et les investissements étrangers en provenance de Russie ont également augmenté.

Les perspectives de nouvelle expansion sont positives, compte tenu en particulier des riches possibilités historiques de complémentarité entre les deux économies.

La technologie et les compétences de la Russie en matière d’énergie et d’infrastructures sont extrêmement importantes et pertinentes en Afrique, où le déficit en infrastructures, et en particulier le déficit chronique de production et de distribution d’électricité, a été désigné comme un obstacle majeur à la croissance de la productivité et à la production.

Par ailleurs, l’expertise russe en matière de gestion intégrée des ressources naturelles pourrait aider le continent à tirer parti de son excédent de ressources naturelles pour catalyser l’industrialisation fondée sur les produits de base et à jeter les bases d’une coopération et d’un commerce économiques gagnant-gagnant dans un contexte d’économie et de commerce mondial à somme nulle de plus en plus difficile environnement.

Dans son discours d’ouverture aux Assemblées annuelles, le Premier ministre russe, Dmitry Medvedev, a souligné que la mondialisation avait déplacé les moteurs de la croissance vers les pays en développement, faisant de l’Afrique un partenaire plus important de la Russie, ajoutant que l’Afrique pouvait bénéficier de l’expertise des entreprises et des industries russes pour renforcer les capacités de production et exploiter les opportunités.

Dans le même ordre d’idées, le professeur Benedict Oramah, président d’Afreximbank, a appelé les partenaires du monde entier partageant la vision d’un continent africain progressiste et d’Afreximbank à «unir leurs efforts pour faire avancer un nouvel agenda pour l’Afrique». Les réunions annuelles ont été consacrées au thème «Exploiter les partenariats émergents à l’ère du protectionnisme».

L’Afrique a connu une forte croissance économique au cours des deux dernières décennies, avec des taux de croissance de 4,5% en moyenne, supérieurs à la moyenne mondiale de 3,8%. La région présente certaines des économies dont la croissance est la plus rapide au monde et offre un retour sur investissement élevé, qui a été une source d’attraction pour les investisseurs mondiaux des régions développées et en développement.

Néanmoins, la résilience à la croissance dont bénéficie la région reflète également la diversification croissante de ses sources de croissance et de ses partenaires commerciaux dans le contexte commercial mondial en mutation du Sud émergent, où la Chine et l’Inde – deux pays BRICS et la Russie – sont devenues le premier deuxième plus grand partenaire commercial, respectivement.

Mais dans un monde où le commerce mondial a été largement dominé par les produits manufacturés au contenu technologique croissant, le maintien de taux de croissance robustes en Afrique et l’amélioration de son intégration dans l’économie mondiale nécessiteront des investissements accrus dans les domaines de l’énergie, de la technologie et de l’innovation. Ceci, en plus d’investir dans l’infrastructure physique et économique, pour augmenter la valeur ajoutée et stimuler la production.

Dans ce contexte, il est particulièrement crucial de combler le déficit d’infrastructures de l’Afrique afin de stimuler la productivité. L’investissement de la Russie dans des secteurs et industries stratégiques, tels que la pétrochimie, l’aviation et le rail, permettra non seulement de soutenir l’expansion économique en Afrique, mais aussi d’accélérer la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine – AfCFTA.

Faire face aux goulets d’étranglement des infrastructures

Bien que l’AfCFTA ait été présenté comme un nouvel acteur avec le potentiel de créer l’un des plus grands marchés uniques de biens et de services au monde, en forgeant de nouveaux partenariats commerciaux pour attirer davantage d’investissements étrangers directs en faveur du développement des infrastructures et de la production manufacturière sera critique pour sa mise en œuvre réussie.

Même si la numérisation révolutionne les systèmes de paiement et de livraison, la géographie détermine toujours les flux de biens et de services. Et en Afrique, où près d’un tiers des pays sont enclavés, la résolution des goulets d’infrastructures contribuera dans une large mesure à stimuler les échanges transfrontaliers et à accélérer le processus de transformation économique nécessaire pour renforcer l’intégration des pays africains dans l’économie mondiale. Les investisseurs, y compris russes, profitent des opportunités de croissance créées par les économies d’échelle en expansion et les rendements plus élevés des investissements générés par le nouveau bloc commercial et le marché intégré.

Les entreprises multinationales réagissent déjà aux nouvelles mesures d’incitation liées à l’AfCFTA. Volkswagen et Peugeot ont annoncé leur intention de construire des usines de fabrication et d’assemblage au Rwanda et au Kenya.

Le partenariat grandissant entre l’Afrique et la Russie offre à cette dernière un potentiel supplémentaire pour rejoindre le nombre croissant d’investisseurs et tirer parti des nouvelles opportunités commerciales et d’investissement associées à la ZLEA.

L’avantage concurrentiel de la Russie

Toutefois, alors que les possibilités de croissance et de rendements élevés devraient être importantes dans le cadre de l’Accord de libre-échange, les investisseurs russes devront s’adapter au nouvel environnement économique de plus en plus concurrentiel de la région. L’intérêt pour l’Afrique grandit non seulement chez les partenaires traditionnels, mais aussi, et de plus en plus, dans les économies de marché en développement émergentes. C’est peut-être l’un des défis cruciaux auxquels la Russie qui fait face pourrait faire face dans son réengagement et sa coopération économique croissante avec l’Afrique.

Mais l’expertise de la Russie dans les domaines de l’énergie, des infrastructures et de la technologie – où elle est compétitive au niveau mondial – pourrait définir un niveau de coopération croissant, sur un partenariat véritablement gagnant-gagnant et renforcer les bases de la résilience de la croissance en Afrique et en Russie, dans un contexte global à somme nulle environnement commercial et politique.

Le premier sommet de haut niveau sur les investissements entre la Russie et l’Afrique, qui doit se tenir dans la ville russe de Sochi (mer Noire) plus tard cette année, sera l’occasion d’initier les dirigeants souverains et les chefs d’entreprise africains à leurs homologues russes et d’élargir les domaines d’intérêt mutuel. en vue de renforcer encore le niveau d’engagement pour un partenariat gagnant-gagnant. Le fait que tant de dirigeants africains aient accueilli cet événement est de bon augure.

Les attentes sont très grandes. Sur un continent où les besoins de financement des infrastructures dépassent 100 milliards de dollars par an et où les déficits annuels en financement du commerce sont tout aussi importants, l’importance de ce sommet ne portera pas sur le nombre de contrats attendus, mais plutôt sur l’ampleur et la pertinence par rapport aux priorités de croissance et de développement. Cela devrait être la mesure permettant d’éclairer la planification du sommet et de surveiller son impact sur le développement et ses résultats.

Cependant, le sommet de Sotchi devrait également fournir une plate-forme pour explorer et réaliser des opportunités d’investissement à la fois autour du développement économique et de la sécurité nationale.

S’il y a une leçon apprise sur

L’expérience acquise par la Russie, au fil des années, dans un monde où tout le monde a des intérêts géopolitiques divergents est l’un des enseignements à tirer au fil des ans: c’est le lien étroit qui unit la sécurité nationale et le développement économique. En effet, comme l’a déclaré Kofi Annan, feu Secrétaire général de l’ONU, dans l’un de ses discours les plus mémorables, il ne peut y avoir «pas de développement sans sécurité, pas de sécurité sans développement».

À cet égard, le partenariat renouvelé et approfondi entre la Russie et l’Afrique devrait également viser à renforcer les bases de la sécurité nationale et à placer l’Afrique sur une trajectoire de croissance irréversible au cours de la mise en œuvre de l’AfCFTA.

Moments d’histoire

Le sommet de Sotchi et, plus généralement, le nouveau rapprochement offriront également la possibilité de réintroduire la Russie en Afrique à un moment où l’accent croissant mis sur l’économie et la concurrence d’un nombre croissant de partenaires de développement ont peut-être obscurci les relations historiques que la Russie a nou mouvements de libération, le plaçant du bon côté de l’histoire africaine.

En effet, malgré les liens historiques étroits, très peu d’Africains et de Russes, en particulier parmi la jeune génération, se souviennent des sacrifices consentis par cette dernière au cours de la lutte pour l’indépendance en Afrique.

Cependant, en Afrique, cette incapacité historique à se souvenir du soutien fourni par les Russes fait partie d’un défi culturel plus vaste et de l’amnésie historique qui a caractérisé la période post-indépendance.

Par exemple, l’héritage du combattant de la liberté et du premier Premier ministre postcolonial de la République démocratique du Congo – Patrice Lumumba – est plus vivant en Russie, où une université prestigieuse a été nommée en son nom, qu’en RDC, sans parler du reste de l’Afrique, où les dirigeants n’ont pas encore érigé un seul monument, mais n’ont pas encore érigé un seul monument en son honneur et à sa mémoire.

Le sommet Russie-Afrique de Sochi constituera donc également le premier pas sur la voie d’une reconnaissance accrue et d’une reconnaissance accrue de nombreuses autres contributions importantes de la Russie aux moments critiques de l’Afrique. Histoire africaine.

À cet égard, la création de conditions propices à la compréhension mutuelle et à la coopération, non seulement au niveau économique et institutionnel, mais également dans les domaines de l’éducation et de la culture, sera un résultat important de ce tout premier sommet Russie-Afrique.

C’est l’un des fondements d’un partenariat gagnant-gagnant et d’une continuité historique entre les générations.

Par Dr Hippolyte Fofack est économiste en chef et directeur de la recherche et de la coopération internationale à Afreximbank.

Source : https://newafricanmagazine.com/19491/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *