Pourquoi le Capital-Risque peut-il relancer l’innovation aux Etats-Unis ?

Suite et fin de notre article Pourquoi le système de l’innovation aux Etats-Unis ralentit. Aujourd’hui comment le Capital Risque peut-il contrecarrer cette tendance. Et permettre d’élargir les domaines bénéficiant des fonds indispensables à l’innovation.

Le capital-risque et les nouvelles entreprises ont été des solutions au problème de la connexion de la recherche universitaire en amont avec des applications commerciales en aval. Les grandes entreprises ont d’abord délaissé les technologies naissantes de la biologie moléculaire, de la biochimie, des circuits intégrés et de l’informatique personnelle.

Les startups soutenues par le capital-risque établissent un lien entre la science universitaire et l’invention d’entreprise. Les gestionnaires de capital-risque détiennent souvent des diplômes supérieurs dans la matière dans laquelle ils investissent et accumulent une expérience en commercialisation au cours de leur carrière.

Les start-ups n’ont pas non plus de modèles commerciaux établis, calculés au fil du temps, qui rendent les entreprises établies résistantes aux idées perturbatrices. Les recherches de Xerox PARC, par exemple, ont été commercialisées avec succès par Xerox uniquement lorsqu’elles se sont connectées au cœur de l’activité de la société (imprimantes laser, par exemple), mais non lorsqu’elles s’écartent (par exemple, GUI, Ethernet).

Cependant, le capital-risque n’a pas été une solution parfaite, car les investissements ont été principalement concentrés dans les sciences de la vie et l’innovation numérique. Selon les données de PwC Moneytree, environ 83% de tous les investissements en capital-risque entre 1995 et 2019 ont été réalisés dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) et les sciences de la vie.

Cela signifie que très peu de fonds sont consacrés à l’innovation dans d’autres secteurs vitaux pour les économies avancées, comme l’énergie, qui repose sur des avancées fondamentales en sciences des matériaux et en nanotechnologie pour fournir des réseaux plus efficaces et une production d’énergie plus sûre.

Pourquoi est-il si difficile pour les entrepreneurs scientifiques d’obtenir des fonds en dehors de ces deux domaines? Nous pensons que cela est dû à une incertitude technique et commerciale.

L’incertitude technique consiste simplement à déterminer si un problème technique donné peut être résolu en utilisant l’approche proposée.

Le risque commercial fait référence aux défis posés par l’évaluation précise de la demande d’un produit proposé et aux coûts probables de l’extension et de la maintenance du marché. La plupart des projets de logiciels comportent des risques techniques limités: la question clé est de savoir ce qui doit être fait plutôt que de savoir comment cela doit être accompli. Le risque commercial est géré en établissant des jalons commerciaux (tels que le nombre d’utilisateurs ou le coût d’acquisition de clients).

Pourquoi le Capital-Risque peut-il relancer l’innovation aux Etats-Unis ?

Les sciences de la vie font face à une incertitude technique importante, mais l’incertitude du marché est très faible, car le besoin de nouveaux traitements et dispositifs médicaux est relativement stable. Lorsqu’un projet franchit une étape décisive, les investisseurs peuvent estimer le gain de valeur en fonction de la taille probable du marché.

Jongler entre les deux types de risques peut s’avérer prohibitif, ce qui pourrait expliquer pourquoi les nouvelles entreprises de sciences physiques ont reçu un financement limité du secteur privé.

Le secteur de l’énergie offre un exemple typique: la génération d’énergie thermoionique est une méthode qui convertit directement la chaleur en électricité et qui promet des améliorations significatives sur les moteurs thermiques mécaniques. Initialement explorée dans les années 1960 pour alimenter des satellites, cette technologie était négligée par les investisseurs jusqu’à récemment en raison de difficultés techniques: les outils de microfabrication nécessaires à la création de prototypes n’étaient pas facilement disponibles.

Les inventions dans le secteur de l’énergie sont également exposées à un risque de marché important, leur adoption nécessitant généralement de modifier l’infrastructure technique existante, le comportement des consommateurs et la réglementation gouvernementale. Les innovations en matière d’énergie propre dans l’énergie éolienne et solaire, par exemple, dépendent du développement des technologies de stockage de l’énergie sur réseau. Mais les progrès de ces technologies, telles que les batteries, dépendent de la demande du marché en aval.

En raison de ces risques, le financement par capital-risque dans les entreprises en démarrage dans le secteur de la technologie des batteries n’a commencé sérieusement que dans les années 2000, après que le secteur automobile a commencé à adopter des véhicules hybrides et entièrement électriques.

Les grandes entreprises sont souvent mieux à même de gérer ces incertitudes commerciales et techniques que les startups, car elles ont de l’expérience dans le transfert de produits des laboratoires aux marchés et parce qu’elles, ou leurs partenaires, peuvent être une source de demande. Les grandes entreprises peuvent également mieux coordonner les changements nécessaires dans d’autres parties de la chaîne de valeur et sont plus expérimentées pour faire face aux défis de la réglementation.

Et maintenant ?

Que peut-on faire pour établir un lien entre la science et l’application dans des secteurs négligés?

Une solution consiste pour le secteur public à intervenir et à financer les jeunes entreprises prometteuses dans le domaine des sciences physiques tout en se concentrant sur la résolution de problèmes techniques, dans l’espoir que les capitaux privés puissent intervenir pour relever les défis commerciaux. Le programme de subventions SBIR du ministère de l’Énergie, par exemple, finance des entreprises en démarrage dans le secteur des énergies renouvelables et il a été constaté qu’il augmentait les brevets, les revenus et les taux de sortie positifs en réduisant les contraintes de financement.

Davantage de capital aidera à résoudre les incertitudes techniques en permettant la construction de prototypes à forte intensité de capital sur de longs cycles de développement et en validant les performances pour les investisseurs potentiels. Des organisations axées sur la mission, telles que DARPA et ARPA-E, par exemple, continuent de financer des innovations fondamentales telles que celles qui ont abouti à Internet, à la reconnaissance vocale automatisée, à la traduction linguistique et aux récepteurs de système de positionnement global.

Une solution parallèle consiste à développer le talent entrepreneurial scientifique. Cyclotron Road au Berkeley Lab et Runway au Cornell Tech offrent tous les deux des bourses de recherche aux scientifiques et ingénieurs postdoctoraux afin de se concentrer sur la transition de la découverte à l’application. Les boursiers utilisent l’infrastructure de recherche universitaire et de laboratoires nationaux pour faire progresser les technologies basées sur leurs recherches et explorer la viabilité commerciale.

D’autres instituts de recherche aux États-Unis, au Canada et en Allemagne suivent leur exemple. Le mentorat et le matériel que les scientifiques reçoivent dans le cadre de ces programmes leur permettent de gérer plus efficacement les incertitudes commerciales en s’adaptant davantage aux besoins des consommateurs et en construisant des modèles économiques viables.

Le nouvel écosystème d’innovation est très prometteur. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une meilleure façon de tirer parti des progrès scientifiques et des avancées techniques d’aujourd’hui pour accélérer la croissance de la productivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *