Pourquoi l’écosystème de l’innovation aux États-Unis ralentit ?

Pourquoi l’écosystème de l’innovation aux États-Unis ralentit

L’innovation américaine est-elle en train de bafouiller?

Les données le suggèrent: la croissance de la productivité aux États-Unis, alimentée par l’innovation, a ralenti. La productivité totale des facteurs a considérablement augmenté au milieu du XXe siècle, mais a commencé à ralentir en 1970. Cette croissance lente se poursuit aujourd’hui, avec une productivité inférieure à ce qu’elle était il y a plus de 100 ans.

Ce ralentissement s’est produit malgré l’augmentation des investissements dans la recherche scientifique. Les données de la National Science Foundation (NSF) indiquent que l’investissement américain dans la science a régulièrement augmenté entre 1970 et 2010, mesuré en dollars dépensés (qui ont augmenté de 5 fois), le nombre de doctorants formés (2X) et d’articles publiés (7X).

Pourquoi la croissance de la productivité est-elle faible?

L’une des explications est que la science d’aujourd’hui n’est tout simplement pas aussi révolutionnaire qu’avant. Certains contestent toutefois cela, soulignant les progrès de la physique quantique (calcul quantique), de la physique des plasmas (conversion thermoionique) et de la biologie moléculaire (CRISPR Cas-9).

Une autre explication, que nous explorons, est que la science d’aujourd’hui ne se traduit pas en applications. En d’autres termes, cela empêche les découvertes scientifiques d’alimenter une innovation productive.

Notre recherche a révélé que l’écosystème américain de l’innovation s’est scindé depuis les années 1970, les sociétés et les universités se séparant et rendant l’application des découvertes scientifiques fondamentales plus difficile.

Notre analyse montre également que l’entrepreneuriat scientifique soutenu par le capital de risque (Capital de risque) a contribué à combler cet écart entre la science des entreprises et le monde universitaire, mais seulement dans quelques secteurs. Ces résultats suggèrent que si nous voulons voir une plus grande croissance de la productivité, nous devons explorer d’autres moyens de traduire la science en invention.

Les grandes entreprises se retirent de la science

Jusque dans les années 1970, certaines grandes entreprises américaines avaient investi dans la recherche scientifique à un point tel que la science issue des entreprises ressemblait – et parfois même dépassait – la recherche universitaire de calibre.

Dans les années 1980, la pression exercée par les actionnaires, la concurrence accrue et les échecs publics ont incité les entreprises à réduire leurs investissements dans la science. Les entreprises ont plutôt commencé à rechercher de nouvelles idées auprès des universités et des petites entreprises en démarrage. Bell Labs a été séparé de sa société mère, AT & T, et transféré sous Lucent en 1996. Xerox PARC a été scindé en une société distincte en 2002. IBM sous Louis Gerstner a redirigé la recherche vers des applications plus commerciales au milieu des années 90. DuPont a fermé son laboratoire central de recherche et développement en 2016.

Pourquoi l’écosystème de l’innovation aux États-Unis ralentit

Les grandes entreprises se retirent des sciences. La part de la recherche (fondamentale et appliquée) dans la RD totale des entreprises aux États-Unis est tombée d’environ 30% en 1985 à moins de 20% en 2015. La recherche fondamentale a stagné entre 1990 et 2010, les dépenses totales de l’industrie et les brevets relatifs aux activités de développement (le «D») ont augmenté régulièrement.

Cette baisse de la recherche apparaît également dans les données sur les publications scientifiques. Une étude portant sur 4 608 entreprises américaines effectuant de la RD répertoriées a révélé que le nombre de publications par entreprise avait diminué de 20% par décennie entre 1980 et 2006. La tendance apparaît également dans les données sur les récompenses scientifiques: une autre étude a révélé que 41% des prix d’innovation en 1971, mais seulement 6% en 2006.

Ceci marque un changement significatif dans l’écosystème d’innovation américain. Nous sommes passés d’une économie où les grandes entreprises effectuaient à la fois de la recherche scientifique et du développement et une division avec une division du travail plus stricte, des sociétés spécialisées dans le développement et des universités spécialisées dans la recherche.

Contrairement au secteur des entreprises, les universités ont continué à développer la recherche, une tendance qui a sérieusement commencé après la Seconde Guerre mondiale. Les données de NSF indiquent que les dépenses de recherche des universités ont plus que quadruplé, passant de 15 à 62 milliards de dollars entre 1980 et 2015. Même ces dernières années, les publications scientifiques revues par des pairs ont augmenté de 37% entre 2003 et 2016 pour les universités, tandis que ont chuté de 12%.

Bien que la spécialisation permette aux universités et aux entreprises de devenir plus performantes en matière de recherche et de développement de produits, cette division de la main-d’œuvre innovante a rendu plus difficile la transformation de la recherche innovante en produits utiles. La science universitaire est qualitativement différente de la science d’entreprise. Les entreprises ont accès à des ressources spécialisées que les universités ne peuvent souvent pas imiter facilement.

De plus, les chercheurs des entreprises et des universités ont des motivations différentes, ce qui peut affecter la facilité avec laquelle leurs recherches peuvent être traduites. Les chercheurs universitaires sont récompensés pour leur priorité («qui vient en premier»), tandis que les chercheurs en entreprise sont récompensés pour leur utilité en invention («ça marche»).

Par conséquent, la recherche universitaire a plus de chances d’être nouvelle, mais moins susceptible de fonctionner comme prévu par les entreprises. Les inventeurs semblent être conscients de ce problème, puisqu’une étude récente a révélé qu’une découverte publiée par une équipe de recherche universitaire avait 23% moins de chances d’être citée dans un brevet que la même découverte publiée par une équipe de recherche entreprise.

Même lorsque les universités produisent des connaissances pertinentes et applicables, les entreprises peuvent ne pas être en mesure de les trouver. Au fur et à mesure que les entreprises réduisent leurs dépenses en recherche fondamentale, moins de chercheurs suivent et participent au monde universitaire. Cela implique que les entreprises vont de moins en moins savoir où chercher des recherches pertinentes et les appliquer.

Demain, suite : Comment le Capital-Risque peut être une solution efficace au déclin de l’innovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *