Former les jeunes africains aux compétences liées à la 4ème Révolution industrielle

Des jeunes Africains bénéficient d’une bourse de 500 000 $ dans le cadre du programme Internet industriel en Afrique.

General Electric (NYSE: GE) (www.GE.com) et l’Africa Leadership University (ALU) ont annoncé le lancement de la 3e promotion du Programme Internet Industriel pour l’Afrique (AIIP) qui vise à doter les jeunes africains de compétences qui leur permettra de participer à la quatrième révolution industrielle.

La promotion 2020 a inscrit 35 étudiants de 8 pays d’Afrique, issus des secteurs du pétrole et du gaz, des transports, de l’énergie, de l’énergie, de la fabrication, des soins de santé, des télécommunications et de l’aviation. Au cours des deux dernières années, le programme de formation a diplômé 64 étudiants, dont 50 ont été entièrement parrainés par GE à partir d’un fonds de bourses totalisant 500 000 dollars américains.

GE accordera 10 bourses complètes pour la promotion actuelle.

Lancé en 2018, le programme a donné aux participants les compétences essentielles pour créer des applications pour l’Internet industriel, ce qui permet une communication de machine à machine qui se traduit par des systèmes qui peuvent collecter, analyser et fournir des données en temps réel. Ces fonctionnalités offrent des avantages importants tels que la prévision du moment où un appareil nécessitera une maintenance, l’amélioration de la gestion logistique, l’amélioration de la qualité et l’optimisation de la sécurité.

La formation a lieu à un moment où les dépenses sur l’Internet des objets devraient atteindre un billion de dollars américains d’ici 2021, le nombre total d’appareils connectés devant atteindre 75,44 milliards dans le monde d’ici 2025, soit cinq fois plus dix ans.

Commentant le programme, Farid Fezoua, président et chef de la direction de GE Africa, a déclaré: «En tant qu’entreprise industrielle numérique, il est passionnant de voir comment au cours des deux dernières années, l’AIIP a développé un écosystème d’ingénieurs numériques qui utilisent la science des données comme catalyseur pour leur travail à travers les industries, en développant des solutions pour les défis les plus urgents. Notre partenariat avec ALU pour l’AIIP témoigne de notre engagement à développer la prochaine génération de leaders qui pilotera des solutions fabriquées en Afrique pour l’Afrique à l’ère numérique transformatrice. »

L’AIIP est conçu en utilisant une approche par projet où les participants peuvent appliquer leur apprentissage au sein du monde réel. Le programme comprend des évaluations régulières dans chaque module, aboutissant à un projet final où les participants sont chargés d’appliquer leur apprentissage pour résoudre un problème existant, soit dans leur entreprise, soit dans les opérations commerciales d’une organisation partenaire.

Cet objectif est atteint grâce à des modules d’apprentissage automatique et d’analyse des mégadonnées, à l’Internet des objets industriel (IIoT) et au développement d’applications basées sur le cloud. Un aspect unique du programme est l’accent délibéré mis sur la création de liens avec l’industrie pour les participants en invitant des experts de l’industrie à intensifs pour partager des études de cas, des projets d’intérêt, des tendances et des opportunités, à travers des visites sur le terrain et des opportunités de mentorat avec des professionnels de la science des données.

«African Leadership Group est ravi de s’associer à GE pour construire une nouvelle génération de leaders numériques pour l’Afrique», a déclaré Fred Swaniker, fondateur d’African Leadership Group, qui comprend l’African Leadership Academy, l’African Leadership University et ALX. «Nous partageons la passion de GE pour les données et ce qu’elles peuvent apporter au continent africain et au monde. Le programme permet aux ingénieurs en milieu de carrière d’acquérir de nouvelles compétences en analyse de données, en science des données, en ingénierie des données et en visualisation de données. En tirant parti de la puissance des données, les ingénieurs d’aujourd’hui peuvent améliorer considérablement les performances des machines et processus industriels de haute technologie, augmentant ainsi le résultat net des entreprises. Le programme Internet industriel en Afrique crée des ingénieurs numériques compétitifs à l’échelle mondiale ici même en Afrique, et nous avons hâte de voir leur plein impact sur le continent ».

En 2019, cinq candidates du Kenya, d’Afrique du Sud et du Nigéria ont reçu la bourse Jay Ireland Africa Rising pour les femmes en technologie en l’honneur de l’ancien PDG de GE Africa, Jay Ireland.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *