Pourquoi la Chine investit dans les ressources minérales africaines ?

En matière d’énergie, ce ne sont pas seulement les défenseurs traditionnels des énergies renouvelables qui ouvrent la voie, ce sont les principales économies émergentes du monde telles que la Chine et l’Inde qui conduisent cette transition vers une énergie propre.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE) World Energy Outlook 2019, les besoins énergétiques croissants de la Chine sont de plus en plus satisfaits par les énergies renouvelables, le gaz naturel et l’électricité.

L’ampleur de la future demande d’électricité de la Chine et le défi de la décarbonisation de l’approvisionnement en électricité expliquent pourquoi les investissements mondiaux dans l’électricité ont dépassé ceux du pétrole et du gaz pour la première fois en 2016, et pourquoi la sécurité de l’électricité est en bonne place dans l’agenda politique.

L’une des principales stratégies de la Chine consiste à accroître la pénétration des véhicules électriques (VE). L’évolution vers une solution de mobilité électrique fait désormais partie intégrante des politiques environnementales de nombreux gouvernements, dont beaucoup ont déjà fixé des objectifs. 

La Chine est l’une des nombreuses nations à annoncer sa volonté d’éliminer complètement les moteurs à combustion interne traditionnels. On pense que le passage aux véhicules électriques assurera une amélioration de la qualité de l’air dans les grandes villes chinoises, ce qui incite les constructeurs automobiles à investir dans l’électrification. Une pièce cruciale du puzzle EV est les ressources en matières premières qui incluent les minéraux – cuivre, nickel, cobalt, graphite et lithium – qui sont traités pour être utilisés dans les composants EV, y compris les batteries lithium-ion (Li-on).

À l’heure actuelle, la Chine représente 70% de la capacité mondiale de fabrication de piles au lithium, les États-Unis ne représentant que 12% tandis que l’Europe ne représente que 3% de la capacité de production mondiale.

Ddifficile à croire quand vous regardez les rues des villes chinoises où les Range Rover, VW et Toyotas sont largement plus nombreux que les opérateurs locaux des Havals, Changans et BYD, mais la Chine a de grandes aspirations pour diriger le monde dans les véhicules électriques, à la fois le produit fini et les principaux composants.

Les constructeurs automobiles chinois fabriquent déjà plus de voitures que celles de tout autre pays. Ils fabriquent également plus de voitures électriques que quiconque, prétendant à l’avenir de l’industrie. Pour maintenir cette position de leader, la Chine a besoin de compléter ses gisements minéraux natifs par des ressources à l’étranger et pour cet objectif, elle a les yeux rivés sur l’Afrique depuis un certain temps.

Pourquoi la Chine investit dans les ressources minérales africaines

La Chine un investisseur de premier plan

Une étude publiée l’an dernier par IJGlobal révèle que la valeur des prêts provenant du financement chinois de projets énergétiques et d’infrastructures en Afrique a presque triplé entre 2016 et 2017, passant de 3 à 8,8 milliards de dollars. Dans le seul secteur minier entre 2005 et 2017, la Chine a investi 58 milliards de dollars et continue d’être un investisseur de premier plan dans l’industrie minière mondiale.

L’acceptation par la Chine des risques politiques et sécuritaires ainsi que sa volonté de consolider ses opérations dans la croissance de l’industrie locale lui ont permis de s’implanter sur des marchés complexes des ressources naturelles.

Un exemple parfait peut être vu dans ses acquisitions dans les ressources vitales en cobalt de la République démocratique du Congo (RDC). La Chine contrôle désormais sept des plus grandes mines de la RDC, dirigées par le molybdène, et dans le même temps plus de la moitié des approvisionnements en cobalt de la RDC.

Près des trois quarts du cobalt mondial sont extraits en RDC. Le cobalt est un élément essentiel des piles au lithium – avec le lithium, le nickel et le manganèse. Avec la croissance rapide du marché des véhicules électriques, cette demande de cobalt devrait doubler, selon des estimations prudentes.

Selon les prévisions, la production de véhicules électriques passera de moins de deux millions d’unités à 11 millions d’unités en 2025, et en dehors de ce nombre, la Chine devrait produire plus de la moitié du total.

Cette stratégie de sécurisation de l’approvisionnement mondial en matières premières stratégiques, faisant partie de la route de la Soie, est en bonne voie d’atteindre ses objectifs, le tout à aux dépens du reste du monde. En outre, de nombreuses mines que la Chine ne contrôle pas, vendent principalement aux commerçants chinois et aux raffineries de cobalt chinois, parmi lesquelles Glencore, propriétaire de la mine Katanga, la plus grande mine de RDC.

Avec peu de gouvernements ayant élaboré, et encore moins mis en œuvre, une stratégie de ressources explicite, la Chine a plus d’une décennie d’avance. Cet investissement les place en pole position pour remporter la course aux batteries, et avec elle contrôler l’électrification à venir tant de la mobilité que du stockage d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *