Afrique: changer de dirigeants génère-t-il des régimes plus démocratiques ?

Au cours des dernières années, le paysage politique africain a été dominé par des changements très médiatisés de dirigeants et de gouvernements. En Angola (2017), en Éthiopie (2018), en Afrique du Sud (2018), au Soudan (2019) et au Zimbabwe (2018), le changement de direction a promis non seulement un nouvel homme au sommet, mais aussi une nouvelle direction politique et économique .

Mais les changements de dirigeants et de gouvernements génèrent-ils des gouvernements plus démocratiques et plus réactifs? Le rapport de l’indice de transformation Bertelsmann sur l’Afrique 2020 (BTI), Un changement de garde ou un changement de système?suggère que nous devrions être prudents quant aux perspectives d’amélioration politique rapide.

Passant en revue les développements dans 44 pays entre 2017 et début 2019, le rapport constate que le changement de leadership se traduit par une première vague d’optimisme. Mais les défis et les contraintes politiques en cours signifient «plus les choses changent, plus elles restent les mêmes».

Le changement politique se produit progressivement dans la grande majorité des pays africains.

Plus de continuité que de changement

De 2015 à 2019, le modèle général a été pour les États les plus autoritaires du continent – tels que Djibouti, la Guinée équatoriale, l’Érythrée et le Rwanda – de faire peu de progrès vers la démocratie. Dans certains cas, les pays sont devenus de plus en plus répressifs.

Dans le même temps, nombre d’États les plus démocratiques du continent – y compris le Botswana, le Ghana, Maurice, le Sénégal et l’Afrique du Sud – sont restés des démocraties «en consolidation» ou «défectueuses». Très peu d’entre eux ont abandonné ces catégories pour devenir des régimes «autoritaires».

Un certain nombre de pays ont connu des changements plus importants. Mais dans la plupart des cas, cela n’a pas changé fondamentalement le caractère du système politique. Par exemple, le Cameroun, le Tchad, le Kenya et la Tanzanie se sont encore éloignés d’une transformation politique et économique durable. Pendant ce temps, l’Angola, l’Éthiopie, la Sierra Leone et le Zimbabwe ont initialement fait des progrès dans ce sens, mais ces progrès ont été limités – et n’ont duré qu’une courte période en Éthiopie et au Zimbabwe.

Comme ce bref résumé le suggère, au niveau continental, les trajectoires des différents États se sont en grande partie annulées. Les tendances positives dans certains cas ont été effacées par des tendances négatives dans d’autres.

L’Afrique subsaharienne dans son ensemble n’a donc pas connu de changements significatifs au niveau global de la démocratie, de la gestion économique et de la gouvernance. Par exemple, l’indice montre qu’entre 2018 et 2020, le niveau global de démocratie a baissé de seulement 0,09, un petit changement sur une échelle de 1 à 10. Cela suggère la continuité et non le changement.

Les changements de leadership déçoivent souvent

Dans presque tous les cas, des tendances positives ont été enregistrées dans des pays où le changement de direction a suscité l’espoir d’un renouveau politique et d’une réforme économique. Cela inclut l’Angola, après la démission du président José Eduardo dos Santos en 2017, et l’Éthiopie, à la suite de l’accession au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed.

Il comprend également le Zimbabwe, où le transfert du pouvoir de Robert Mugabe à Emmerson Mnangagwa s’est accompagné de promesses selon lesquelles le gouvernement Zanu-PF ferait preuve d’un plus grand respect pour les normes et valeurs démocratiques à l’avenir.

La Sierra Leone a également enregistré une amélioration significative de ses performances après la victoire du candidat de l’opposition Julius Maada Bio à l’élection présidentielle de 2018. Le Nigéria a continué de réaliser des gains modestes mais significatifs en matière de gestion économique depuis que Muhammadu Buhari a remplacé Goodluck Jonathan à la présidence en 2015.

L’importance du changement de leadership dans tous ces processus est un rappel important de la mesure dans laquelle le pouvoir a été personnalisé. Mais il est important de noter que les événements survenus depuis la fin de la période sous revue en 2019 ont mis en doute l’importance de ces transitions.

Plus particulièrement, la poursuite et, dans certains cas, l’augmentation des violations des droits de l’homme dans des pays comme l’Éthiopie, le Nigéria, la Tanzanie et le Zimbabwe suggèrent que nous avons assisté à «un changement de gardes» mais pas à un changement des systèmes politiques.

Afrique: changer de dirigeants génère-t-il des régimes plus démocratiques ?

Nulle part cela n’est plus vrai que le Zimbabwe, où les dernières semaines ont été témoins d’une répression brutale du gouvernement. Non seulement des journalistes ont été arrêtés sur des accusations minces, mais l’état de droit a été manipulé pour les garder en prison. Suite à cette attaque soutenue contre la démocratie, il est désormais clair que le gouvernement de Mnangagwa n’est pas plus attaché aux droits de l’homme et aux libertés civiles que ne l’était son prédécesseur.

Il n’ya pas une seule «Afrique»

Alors, que nous réserve l’avenir? On me demande souvent dans quelle direction se dirige l’Afrique. Ma réponse est toujours la même: en matière de démocratie, il n’y a pas une seule «Afrique». Le rapport de l’indice de transformation Bertelsmann montre à quel point cela est vrai.

En plus des différences bien connues entre les chefs de file comme le Botswana et les retardataires enracinés comme le Rwanda, il existe également une variation régionale profonde qui est moins bien reconnue et comprise.

Partant de points de départ relativement similaires au début des années 90, il y a eu une nette divergence entre l’Afrique occidentale et australe – qui sont restées comparativement plus ouvertes et démocratiques – et l’Afrique centrale et orientale, qui est restée plus fermée et autoritaire.

Il est également prouvé que la qualité moyenne de la démocratie a continué de décliner en Afrique orientale et centrale ces dernières années. Parce qu’il continue d’augmenter en Afrique de l’Ouest, nous avons constaté une plus grande divergence entre les deux ensembles de régions.

Ces variations reflètent le processus historique par lequel les gouvernements sont arrivés au pouvoir, les types d’États sur lesquels ils gouvernent, ainsi que la disposition et l’influence des organisations régionales. En particulier, l’Afrique de l’Est comprend un certain nombre de pays dirigés par d’anciennes armées rebelles (Burundi, Érythrée, Éthiopie, Rwanda, Ouganda). Ici, le contrôle politique repose sur la coercition et une longue suspicion d’opposition.

C’est également un défi dans certains États d’Afrique centrale. Ici, la complication supplémentaire des conflits de longue date et de l’instabilité politique (République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo) a sapé la performance du gouvernement de plusieurs manières.

Un certain nombre d’anciens chefs militaires ont également gouverné des États d’Afrique de l’Ouest, notamment le Ghana, le Nigéria et le Togo. Mais la proportion a été plus faible et certains pays, comme le Sénégal, ont une longue tradition de politique plurielle et de leadership civil. Dans le même ordre d’idées, l’Afrique australe présente un certain nombre de mouvements de libération.

Mais dans un certain nombre de cas, ceux-ci se sont développés à partir de mouvements à large assise qui valorisaient la participation politique et les libertés civiles. En partie en conséquence, les anciens chefs militaires ou rebelles ont eu un impact moins préjudiciable sur les perspectives de démocratie en Afrique australe et occidentale.

Il est important de ne pas exagérer ces différences régionales. Mais, malgré cette mise en garde, nous ne devons pas nous attendre à voir une convergence autour d’une expérience démocratique africaine commune au cours des prochaines années. Au contraire, l’écart entre les régions les plus démocratiques et les plus autoritaires du continent s’élargira probablement encore.

Auteur : Nic Cheeseman, Professeur de démocratie, Université de Birmingham. Opinion qui n’engage que son auteur.

Article source : https://theconversation.com/state-of-democracy-in-africa-changing-leaders-doesnt-change-politics-144292

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *