Comment la zone de libre-échange de l’Afrique créera un boom économique

Les dirigeants africains ont officiellement lancé la zone de libre-échange continentale qui, en cas de réussite, réunira 1,3 milliard de personnes, créera un bloc économique de 3 400 milliards de dollars et inaugurera une nouvelle ère de développement.

Après quatre ans de négociations, un accord visant à former un bloc commercial de 55 pays a été conclu en mars, ouvrant la voie au sommet de l’Union africaine tenu au Niger où le Ghana a été annoncé comme hôte du futur siège de la zone commerciale et où des discussions ont eu lieu. Sur le futur fonctionnement de cet ensemble.

On espère que la zone de libre-échange continentale africaine (la plus grande depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce en 1994) contribuera à libérer le potentiel économique de l’Afrique en favorisant le commerce intrarégional, en renforçant les chaînes d’approvisionnement et en diffusant le savoir-faire.

« Les yeux du monde sont tournés vers l’Afrique », a déclaré le président égyptien et président de l’Union africaine, Abdel Fattah al-Sisi, lors de la cérémonie d’ouverture du sommet.

« Le succès de l’AfCFTA constituera le véritable test pour parvenir à la croissance économique qui concrétisera le rêve de notre peuple en matière de bien-être et de qualité de vie », a-t-il déclaré.

L’Afrique a beaucoup à rattraper:

Son commerce intrarégional ne représentait que 17% des exportations en 2017, contre 59% en Asie et 69% en Europe, et l’Afrique a manqué le boom économique qu’a connu d’autres blocs commerciaux lors des décennies précédentes.

Les économistes affirment que d’importants défis subsistent, notamment l’amélioration des liaisons routières et ferroviaires, résoudre les zones de conflits, réduire une bureaucratie excessive aux frontières et lutter contre la corruption, autant de freins à la croissance et davantage d »intégration.

Les membres se sont engagés à éliminer les droits de douane sur la plupart des produits, ce qui augmenterait les échanges commerciaux dans la région de 15 à 25% à moyen terme, mais cela ferait plus que doubler si ces autres problèmes étaient réglés, selon les estimations du Fonds monétaire international.

Intérêts divergents

L’Afrique, présente déjà différents blocs ou zones commerciales concurrentes qui se chevauchent – CEDEAO à l’ouest, EAC à l’est, SADC au sud et COMESA à l’est et au sud.

Mais seule la CAE, tirée principalement par le Kenya, a réalisé des progrès significatifs vers un marché commun des biens et des services.

Ces communautés économiques régionales (CER) continueront à commercer comme elles le font jusqu’ici. Le rôle de l’AfCFTA est de libéraliser les échanges entre les États membres qui ne font pas actuellement partie du même CER, a déclaré Trudi Hartzenberg, directeur de Tralac, une organisation de droit du commerce basée en Afrique du Sud.

L’influence potentielle de la zone a été renforcée lorsque le Nigéria, la plus grande économie d’Afrique, a accepté de signer l’accord au sommet. Le Bénin a également accepté depuis d’y adhérer. Cinquante-quatre des 55 États du continent ont maintenant adhéré, mais environ la moitié d’entre eux seulement l’ont ratifiée.

Les motifs contradictoires des pays constitueront un obstacle aux négociations.

Pour les économies non diversifiées mais relativement développées comme le Nigéria, qui repose fortement sur les exportations de pétrole, les avantages de l’adhésion seront probablement moins importants que les autres, a déclaré John Ashbourne, économiste en chef des marchés émergents chez Capital Economics.

Les responsables nigérians ont dit craindre que le pays ne soit inondé de marchandises à bas prix, entravant les efforts visant à encourager la fabrication locale moribonde et à développer l’agriculture.

En revanche, les fabricants sud-africains, qui comptent parmi les plus développés d’Afrique, pourraient rapidement se développer en dehors de leurs marchés d’exportation habituels et vers l’Afrique de l’Ouest et du Nord, ce qui leur donnerait un avantage sur les fabricants d’autres pays, a déclaré Ashbourne.

La grande différence de poids économique entre les pays est un autre facteur de complication des négociations. Le Nigéria, l’Égypte et l’Afrique du Sud représentent plus de 50% du PIB cumulé de l’Afrique, tandis que ses six États insulaires souverains en représentent environ 1%.

« Il sera important de remédier à ces disparités pour que les traitements spéciaux et différenciés en faveur des pays les moins avancés soient adoptés et appliqués avec succès », a déclaré Landry Signe, membre de l’Initiative pour la croissance en Afrique du Brookings Institution.

Le sommet a également vu le lancement d’un système de paiement numérique pour la zone et des instruments qui régiront les règles d’origine et les concessions tarifaires, ainsi que de surveiller et de tenter d’éliminer les obstacles non tarifaires au commerce, a déclaré l’Union africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *