Le XXIème siècle sera-t-il asiatique ? Les enjeux internationaux (IV)

Suite et fin de notre série d’articles consacrés aux enjeux géopolitiques en Asie et ses répercussions sur la communauté internationale.

Les choix stratégiques que font les États-Unis et la Chine façonneront les contours de l’ordre mondial émergent

Une nouvelle configuration de la région asiatique

Les États-Unis et la Chine ne sont pas les seuls grands pays à avoir une grande influence dans la région; d’autres acteurs ont également des rôles importants. 

Le Japon, en particulier, a beaucoup à apporter à la région, étant donné la taille et la sophistication de son économie. Sous la direction du Premier ministre Shinzo Abe, il a contribué plus activement qu’auparavant. Par exemple, après le retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique en 2017, le Japon est intervenu. Il a incité les 11 membres restants à conclure l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (PTPGP), qui rassemble les pays développés et les pays en développement des deux côtés de l’océan Pacifique et constitue une étape vers le libre-échange dans la région Asie-Pacifique. 

L’Inde jouit également d’une grande influence potentielle. Sous le Premier ministre Narendra Modi, l’Inde a déclaré un changement stratégique dans sa politique Act East, et d’autres pays attendent avec impatience de voir cette politique mise en œuvre. 

Le Sommet de l’Asie de l’Est inclut l’Inde en tant que membre parce que d’autres membres espéraient qu’au fur et à mesure de la croissance de l’économie indienne, la coopération régionale gagnerait en valeur. 

L’Inde a également été l’un des premiers pays à négocier pour former le Partenariat économique global régional, un projet d’ accord de libre-échange qui vise à intégrer toutes les grandes économies de la région Asie-Pacifique, de la même manière que l’Accord de libre-échange nord-américain (maintenant l’Accord États-Unis-Mexique-Canada) a réuni des pays d’Amérique du Nord. Après de longues négociations, l’Inde a décidé l’année dernière de ne pas adhérer au RCEP; les 15 autres pays participants vont de l’avant, mais sans l’Inde, quelque chose d’important a été perdu.

C’est également sur cette base que les pays de la région Asie-Pacifique soutiennent les initiatives de coopération régionale telles que les divers concepts indo-pacifiques proposés par le Japon, les États-Unis et d’autres pays, ainsi que la Belt and Road Initiative de la Chine.

De nombreux autres pays asiatiques considèrent le soutien à l’Initiative de la Route de la Soie comme un moyen constructif de s’adapter à l’influence croissante de la Chine dans la région. S’ils sont bien mis en œuvre et avec une discipline financière, les projets de l’initiative peuvent renforcer la coopération régionale et multilatérale et répondre au besoin pressant d’améliorer les infrastructures et la connectivité dans de nombreux pays en développement.

Comme la plupart des pays asiatiques le reconnaissent, la valeur de ces accords va au-delà des gains économiques qu’ils génèrent. Ce sont des plates-formes qui permettent aux pays d’Asie-Pacifique de coopérer les uns avec les autres, de développer des enjeux de réussite mutuels et de façonner ensemble l’architecture régionale et les règles qui la régissent.

Ces accords régionaux doivent être ouverts et inclusifs. Ils ne devraient pas, de par leur conception ou leur résultat, exclure une partie, saper les accords de coopération existants, créer des blocs rivaux ou forcer des pays à prendre parti. C’est pourquoi les membres du PTPGP ont laissé la porte ouverte à la signature des États-Unis, et pourquoi les pays qui travaillent pour former le RCEP espèrent toujours que l’Inde se joindra un jour.

L’élaboration de nouveaux accords régionaux ne signifie pas l’abandon ou la mise à l’écart des institutions multilatérales existantes. Ces accords et institutions multilatéraux durement gagnés continuent de donner à tous les pays, en particulier les plus petits, un cadre pour travailler ensemble et faire avancer leurs intérêts collectifs. 

Le XXIème siècle sera-t-il asiatique ? Les enjeux internationaux

Mais de nombreuses institutions multilatérales existantes ont un besoin urgent de réforme: elles ne sont plus efficaces, compte tenu des réalités économiques et stratégiques actuelles. Par exemple, depuis la conclusion des négociations commerciales du Cycle d’Uruguay en 1994, l’OMC a de plus en plus de mal à conclure des accords commerciaux significatifs, car tout accord nécessite le consensus de ses 164 membres, qui ont des intérêts et des philosophies économiques extrêmement divergents. 

Et depuis l’année dernière, l’Organe d’appel de l’OMC est paralysé par l’ absence de quorum. C’est une perte pour tous les pays, qui devraient travailler de manière constructive à réformer ces organisations plutôt que de diminuer leur efficacité ou de les contourner complètement. 

UN FERVENT ESPOIR

Les choix stratégiques que font les États-Unis et la Chine façonneront les contours de l’ordre mondial émergent. Il est naturel que les grandes puissances rivalisent. Mais c’est leur capacité de coopération qui est le véritable test, et il déterminera si l’humanité fait des progrès sur des problèmes mondiaux tels que le changement climatique, la prolifération nucléaire et la propagation des maladies infectieuses.

La pandémie de COVID-19 est un rappel brutal de la nécessité vitale pour les pays de travailler ensemble. Les maladies ne respectent pas les frontières nationales et une coopération internationale est désespérément nécessaire pour maîtriser la pandémie et réduire les dommages à l’économie mondiale.

Même avec les meilleures relations entre les États-Unis et la Chine, élaborer une réponse collective à COVID-19 serait extrêmement difficile. Malheureusement, la pandémie exacerbe la rivalité américano-chinoise, augmentant la méfiance, la surenchère et la culpabilité mutuelle.

Cela va sûrement empirer si, comme cela semble maintenant inévitable, la pandémie devient un problème majeur lors de l’élection présidentielle américaine. On ne peut qu’espérer que la gravité de la situation concentrera les esprits et permettra aux conseils les plus sages de prévaloir.

Dans l’intervalle, les pays asiatiques ont les mains pleines, face à la pandémie et aux nombreux autres obstacles à l’amélioration de la vie de leurs citoyens et à la création d’une région plus sûre et plus prospère. 

Leur succès – et la perspective d’un siècle asiatique – dépendra grandement de la capacité des États-Unis et de la Chine à surmonter leurs divergences, à instaurer une confiance mutuelle et à œuvrer de manière constructive au maintien d’un ordre international stable et pacifique. 

C’est une question fondamentale de notre temps.

Analyse par LEE HSIEN LOONG ,Premier ministre de Singapour.

Source Foreign Affairs : The Endangered Asian Century

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *